GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: accusé de terrorisme, le gendre de ben Laden plaide non coupable

    media Portrait de Souleymane Abou Ghaith, le gendre d'Oussama ben Laden, au tribunal de New York, le 8 mars 2013. REUTERS/Jane Rosenberg

    Le gendre d’Oussama ben Laden, transféré jeudi à New York depuis la Jordanie où il avait été arrêté par des agents de la CIA, a été formellement inculpé par un juge civil ce vendredi 8 mars. Souleymane Abou Ghaith a plaidé non coupable des accusations de terrorisme portées contre lui.

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    C’est son avocat qui a en fait la déclaration formelle. Le gendre d’Oussama ben Laden, lui, n’a pas dit grand-chose, ce vendredi au tribunal de Manhattan. Vêtu d’une blouse bleue, celle que portent tous les prisonniers de droit commun à New York, Souleymane Abou Ghaith n’a fait que répondre par « oui » ou « non » aux questions du juge Lewis Kaplan sur son identité, son âge et sa situation familiale.

    L’audience n’a duré qu’une vingtaine de minutes. Le Parquet fédéral a demandé le maintien en détention du terroriste présumé, ce que l’avocat d’Abou Ghaith n’a pas contesté, même s’il se laisse la possibilité, dit-il, de déposer plus tard dans la procédure une demande de libération sous caution.

    En plaidant non coupable, Souleymane Abou Ghaith ouvre la voie à un procès, qui devrait se tenir devant un tribunal de New York, ce qu’un bon nombre d’élus américains critiquent, notamment les républicains qui craignent d’offrir à celui que le ministère américain de la Justice présente comme l’un des porte-parole d’al-Qaïda une tribune publique qu’il n’a pas méritée.

    Ce vendredi 8 mars, le maire de New York avait du mal à cacher son mécontentement.  Michael Bloomberg affirme que « pas une seule rue de la ville ne sera fermée » à l’occasion du procès. « Aurais-je préféré que ça se fasse ailleurs ? Je ne répondrai pas parce que je ne veux pas rendre la vie du président plus difficile », ajoute le maire de New York.

    Le procès n’est pas pour tout de suite. La prochaine audience doit se tenir le 8 avril.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.