GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Avril
Lundi 16 Avril
Mardi 17 Avril
Mercredi 18 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats- Unis : John Brennan confirmé à la tête de la CIA

    media

    John Brennan a été confirmé le 7 mars à la tête de la CIA par un vote du Sénat américain deux mois après sa nomination par Barack Obama. Les sénateurs ont voté à 63 contre 34 en faveur de John Brennan, actuellement principal conseiller antiterroriste du président américain. La confirmation de John Brennan vient compléter l'équipe de sécurité nationale du président Obama, après celles de John Kerry au département d'Etat et de Chuck Hagel au Pentagone.

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    A 57 ans, John Brennan est un pur produit de la CIA où il a passé plus de 25 ans. Directeur de cabinet du chef de l’agence de renseignement puis directeur du Centre national de lutte antiterroriste, cet ancien espion, spécialiste d’al-Qaïda, avait déjà été candidat à la tête de la CIA. C’était en 2009. Mais ses déclarations justifiant le programme de détention et d’interrogation de l’agence sous le gouvernement de George Bush avaient torpillé sa candidature.

    Depuis, John Brennan occupait donc les fonctions de conseiller personnel de Barack Obama sur la lutte antiterroriste. Il fait partie des personnes présentes dans la « situation room », le jour du raid contre Oussama Ben Laden immortalisé sur la célèbre photo officielle.

    C’est également lui qui était chargé du très controversé programme américain de drones, et la liste de « personnalités à abattre » appartenant à al-Qaïda au Pakistan, en Somalie et au Yémen.

    C’est justement l’opacité autour de ce programme que les républicains dénonçaient ces dernières semaines, retardant la nomination du nouveau patron de la CIA. Le 7 mars, le très libertaire sénateur du Kentucky, Rand Paul avait empêché la tenue du vote du Sénat, en gardant la parole pendant plus de 13 heures d’affilée pour obtenir des éclaircissements de la part de la Maison Blanche.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.