GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 24 Avril
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
Jeudi 27 Avril
Aujourd'hui
Samedi 29 Avril
Dimanche 30 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Corée du Nord a procédé à un tir de missile balistique (Yonap)
    • Irak: une explosion secoue le centre de Bagdad (AFP)
    • Donald Trump devant la NRA, le lobby des armes: «Vous avez un ami à la Maison Blanche»
    • Nicolas Dupont-Aignan sur France 2: «Marine Le Pen n'est pas d'extrême droite»
    • Présidentielle 2017: Nicolas Dupont-Aignan a signé un accord de gouvernement avec Marine Le Pen et la soutiendra au second tour
    Amériques

    Télé-réalité et immigration canadienne

    media

    Au Canada, les défenseurs des droits de la personne s'inquiètent d'une émission de télé-réalité, Canada's Front Line, qui met en vedette des agents d'immigration canadiens. Le but, mettre en valeur le travail des douaniers et d'agents frontaliers en filmant leur quotidien. Sauf que l'émission ne fait pas forcément l'affaire des gens arrêtés.

    Imaginez la scène : le 13 mars dernier, six agents d’immigration débarquent en force sur un chantier à Vancouver. Ils soupçonnent certains des ouvriers du bâtiment d’être des immigrants clandestins. Jusque-là, ce débarquement imprévu n’a rien de sensationnel. Sauf, qu’avec eux, les agents canadiens amènent aussi un preneur de son et un caméraman, deux employés d’une entreprise de production.

    Ils ne perdent pas une miette de l’action menée de façon énergique par les agents d’immigration. Jusqu’à filmer la découverte d’un travailleur clandestin dans un placard. Effrayé, l’homme se retrouve avec une caméra sous le nez, juste à côté des agents d’immigration qui lui réclament ces papiers. Il s’agit de l’émission Canada’s Front Line, diffusée notamment sur la chaîne du National Geographic. Une émission dont le montage final est approuvé par l’Agence des services frontaliers du Canada, autrement dit les douanes canadiennes. Certains militants des droits de la personne ont même découvert que le ministre de l’Intérieur lui même avait signé une entente avec les producteurs de l’émission.

    Une émission à laquelle collabore le gouvernement

    Selon le ministre responsable, la contrebande et les immigrants illégaux coûtent des dizaines de millions de dollars aux contribuables. Sans compter que les travailleurs clandestins priveraient les électeurs de milliers d’emplois. Voilà pourquoi il est intéressant, aux yeux du ministre, de mettre en valeur le travail des douaniers, que ce soit en les voyant en action pour arrêter des immigrants illégaux, pour intercepter des trafiquants de drogue, ou d’assister à une enquête à l’aéroport.

    Des images de propagande pour l'opposition

    En théorie, toutes les personnes filmées par l’équipe de tournage accompagnant les agents d’immigration doivent autoriser la diffusion de leur image. Dans les faits, les gens qui se retrouvent au milieu d’une arrestation et qui se font brandir un papier d’autorisation sous le nez se sentent plutôt perdus. Certains signent le papier sans même le lire, pensant qu’il s’agit d’autres agents d’immigration. Un immigrant clandestin mexicain renvoyé cette semaine dans son pays d’origine a d’ailleurs porté plainte pour la façon dont il a été traité par les agents d’immigration. Il refuse de devenir l’image officielle de l’immigration clandestine dans une émission de télévision. Pour les partis d’opposition, ces images constituent une véritable propagande en faveur de la politique gouvernementale sur la sécurité des frontières. Un spectacle indécent qui ne se soucie pas des drames familiaux vécus par les immigrants, selon la représentante du Nouveau Parti démocratique.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.