GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: l'Etat d'Acre débordé par l'afflux de clandestins venus d'Haïti

    media Trois ans après le séisme, des milliers d'Haïtiens ont décidé de tenter leur chance au Brésil. Photo prise à Haïti. REUTERS/Swoan Parker

    L’état d’urgence sociale vient d’être déclaré dans la région d'Acre, dans le nord-ouest du Brésil. En cause, un afflux ininterrompu d'immigrés clandestins venus d’Haiti, une arrivée massive de réfugiés économiques, à laquelle cet Etat amazonien n’arrive plus à venir en aide. Depuis le tremblement de terre en janvier 2010, des milliers d’Haïtiens ont décidé de tenter leur chance au Brésil. Plus de 4 800 d'entre eux ont échoué à Brasileia depuis janvier 2012. Mais à la frontière, la situation humanitaire des immigrés tourne au cauchemar.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    La nuit vient de tomber, des centaines de personnes sont entassées dans l’obscurité, sans électricité, ni eau courante. Dans la vaste maison prêtée par la municipalité, la lueur d’un brasero illumine parfois des visages sombres et inquiets. La petite ville de Brasileia, à la frontière entre le Brésil et la Bolivie, est devenue la principale porte d’entrée des Haïtiens venus chercher du travail au Brésil.

    Plus de 2 700 depuis le début de l'année

    Depuis le début de l’année, plus de 2 700 d’entre eux ont franchi la frontière. Ils ont payé des passeurs environ 2 500 euros pour les aider à passer à travers le Panama, le Pérou, la Bolivie, pour enfin arriver au Brésil. Bloqués à la frontière, sans argent, ces réfugiés attendent des papiers, un visa, et surtout d'être embauchés par des entrepreneurs brésiliens. Mais la crise économique est passée par là : il en vient de moins en moins recruter cette main d’œuvre bon marché.

    Sur place, les Haïtiens manquent de tout et surtout de nourriture. Viande et légumes frais se font rares. Le gouverneur de l’Etat d’Acre vient donc d’appeler à l’aide le gouvernement brésilien. Et de réclamer de l’argent pour faire face financièrement à l’afflux d’immigrés en détresse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.