GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: passe d'armes, au Congrès, sur les capacités balistiques de la Corée du Nord

    media Des missiles Musudan lors d’un défilé militaire à Pyongyang. AFP PHOTO / FILES / Ed Jones

    La Corée du Nord a-t-elle la capacité de lancer des missiles nucléaires ? A Washington, élus et spécialistes du renseignement ne semblent pas d’accord sur le sujet. Lors d’une audition devant le Congrès, ce jeudi 11 avril, la question a donné lieu à une joute verbale entre le secrétaire à la Défense, le plus haut gradé américain, et un élu républicain.

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    Les experts semblent jusqu’ici formels: Pyongyang n’a pas les moyens de lancer un missile nucléaire. La Corée du Nord a bien procédé à trois essais nucléaires, mais elle n’est pas en mesure de miniaturiser ces armes, pour les placer dans une tête de missile. Voilà quelle est la position officielle des analystes américains.

    Cliquez pour agrandir

    Rapport classifié

    Mais ce jeudi 12 avril, un élu républicain du Colorado sème le trouble, en citant lors d’une audition publique les conclusions d’un rapport classifié « L’Agence de renseignement militaire estime avec une assurance modérée que le Nord dispose d’armes nucléaires qui pourraient être fixées sur des missiles balistiques », assure Doug Lamborn, qui reconnaît que le même rapport qualifie de « faible » la fiabilité d’une telle arme.

    Face à lui, le chef d’état-major interarmées refuse de réagir. « Je n’ai pas vu cette étude », déclare Martin Dempsey, « et comme vous le dites, elle n’a pas été publiée donc je ne souhaite pas la commenter ». A ses côtés, un peu plus tard, le secrétaire à la Défense insiste : « Non, la Corée du Nord n’a pas la capacité de frapper le territoire américain », assure Chuck Hagel.

    Il y a deux jours, le commandant des forces américaines en Asie-Pacifique s’était lui aussi voulu rassurant. « Nous sommes en mesure d’intercepter tout missile tiré dans cette région » affirmait, lors d’une audition au Sénat, l’amiral Samuel Locklear.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.