GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Présidentielle au Venezuela: Nicolas Maduro déclaré vainqueur, Capriles refuse sa défaite

    media Nicolas Maduro peu avant de voter, le 14 avril 2013 à Caracas. REUTERS/Marco Bello

    L'actuel président vénézuélien par intérim Nicolas Maduro a été officiellement déclaré vainqueur de la présidentielle avec 50,66% des voix, selon le Conseil national électoral. Son adversaire, Henrique Capriles n'aurait obtenu que 49,07% des suffrages. Il a refusé de reconnaître sa défaite. Nicolas Maduro a proclamé sa victoire, tout en acceptant un recomptage des voix.

    Article renouvelé régulièrement en fonction des derniers évènements

    Nicolas Maduro obtient 7,55 millions de votes...
    Déclaration du CNE 11/10/2013 - par RFI Écouter

    Le Conseil national électoral (CNE) a annoncé la victoire du président par intérim du Venezuela, Nicolas Maduro, pour succéder à Hugo Chavez Frias, ce lundi 15 avril peu avant 6 heures du matin (heure de Paris). M. Maduro, 50 ans, l'emporterait avec 50,66% des voix selon le CNE.

    Il affrontait le candidat de l'opposition libérale Henrique Capriles, un gouverneur de 40 ans, déjà candidat face à Hugo Chavez le 7 octobre 2012, et qui aurait obtenu 49,07% des suffrages. A peine 300 000 voix de moins.

    Henrique Capriles 11/10/2013 - par RFI Écouter

    Pour la présidente du CNE, Tibisay Lucena, la tendance est « irréversible ». Mais M. Capriles refuse de reconnaître sa défaite pour le moment. « Nous n'allons pas reconnaître un résultat avant que chaque bulletin des Vénézuéliens ne soit recompté, un par un », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, insistant par ailleurs sur de possibles irrégularités dans le processus de vote.

    Henrique Capriles, le 15 avril 2013 à Caracas. REUTERS/Marco Bello

    « Douche froide »

    Pierre-Philippe Berson, correspondant de RFI à Caracas, qui se trouvait il y a peu dans le QG de l'opposition, a témoigné en direct sur notre antenne de la « combativité » des troupes de M. Capriles, à 7 heures du matin (heure de Paris). « Dans un premier temps, cette large coalition de droite pensait à la victoire, relate-t-il. Les résultats sont tombés avec presque deux heures de retard. Et finalement, l’annonce des résultats a été comme une douche froide. » Et notre confrère de prédire : « La nuit va être très longue à Caracas » (il est six heures 30 de moins à Caracas par rapport à Paris).

    L'opposition douchée par l'annonce des résultats. Caracas. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    « J'ai fourni un effort »

    Nicolas Maduro 11/10/2013 Écouter

    Nicolas Maduro a proclamé sa victoire en précisant, devant une foule de partisans réunis au palais présidentiel de Caracas : « Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons eu une victoire électorale juste, légale, constitutionnelle ». Pour montrer sa bonne foi, il a accepté un recomptage des voix.

    Dans son discours, Nicolas Maduro a réitéré son attachement à son mentor : « J'ai fourni un grand effort, parcourant chaque village de cette terre bolivarienne, un effort physique, émotionnel, moral, avec à l'âme la douleur de la perte de notre commandant. »

    Nicolas Maduro après l'annonce des résultats officiels à Caracas. REUTERS/Tomas Bravo

    Maduro l'intérimaire

    Le parcours de Nicolas Maduro est atypique. Ancien chauffeur de bus, il est entré en politique par le syndicalisme. Il a dirigé le syndicat du métro de Caracas avant de devenir député en 1998, année de l'accession de Hugo Chavez au pouvoir avec son Mouvement 5e République.

    Membre du premier cercle chaviste, déjà partisan du MBR-200 (Mouvement bolivarien révolutionnaire), sur lequel s'était appuyé M. Chavez pour son coup d'Etat manqué de 1992, il avait été désigné, par le président lui-même peu avant sa mort -le 5 mars dernier-, comme son successeur. « C'est l'un des jeunes dirigeants ayant les meilleures capacités », estimait M. Chavez.

    Des partisans de Nicolas Maduro célèbrent l'annonce de son élection dans les rues de Caracas. REUTERS/Edwin Montilva

    « Les ennemis de l'intérieur et de l'extérieur »

    Président de l'Assemblée nationale entre 2005 et 2006, puis ministre des Affaires étrangères depuis 2006, Nicolas Maduro avait été désigné vice-président du Venezuela suite à l'ultime victoire électorale de Hugo Chavez, face à Henrique Capriles, lors de la présidentielle du 7 octobre 2012. Le 8 mars 2013, jour des obsèques du « Comandante », il était devenu président par intérim lors d'une cérémonie boycottée par l'opposition. Il avait immédiatement convoqué de nouvelles élections.

    Nicolas Maduro est perçu comme un chaviste modéré, conciliant, bon négociateur, bien qu'un peu terne. Pendant la brève campagne présidentielle, il s'est également montré capable d'une grande agressivité réthorique contre les « ennemis de l'intérieur et de l'extérieur », « les bourgeois », « les parasites ».

    Nicolas Maduro en meeting, le 5 avril 2013 à Caracas. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    « Regardez où va le chauffeur de bus ! »

    Il y a une faille.
    Elibel a voté pour Maduro Témoignage 11/10/2013 - par Stefanie Schüler Écouter

    Depuis le jour des obsèques du président Chavez, Nicolas Maduro a poussé le mimétisme jusqu'à revêtir le survêtement favori de son mentor, aux couleurs du drapeau vénézuélien. Hugo Chavez voyait en cet homme un symbole. « Regardez où va Nicolas, le chauffeur de bus Nicolas. Il était chauffeur de bus, et comme ils se sont moqués de lui ! », avait-il déclaré en le désignant comme son vice-président.

    S'il est confirmé définitivement à la présidence, le « chauffeur de bus » devra désormais s'atteler à réconcilier une société polarisée. « La situation est assez confuse, témoigne le correspondant de RFI. Il y a eu quelques photos sur les réseaux sociaux de tanks, de chars militaires qui étaient dans les rues de Caracas. Il y a une peur chez une partie de la population que ce statu quo ne se transforme en affrontement. Le Venezuela est un pays extrêmement polarisé entre pro et anti-Chavez. Et un résultat aussi serré que celui-ci ne va certainement pas calmer les divisions entre Vénézuéliens. »

    « Félicitations au nouveau président, Nicolas Maduro. Mémoire et gratitude à jamais à l'ami et au compagnon Hugo Chavez », écrit Cristina Kircher, présidente de l'Argentine, sur son compte Twitter. « Depuis au-dessus de l'Amazonie, félicitations à Nicolas Maduro, au peuple vénézuélien et à la révolution bolivarienne. Vive la grande patrie ! », tweete quant à lui le chef de l'Etat équatorien Rafael Correa, en ce moment même dans un avion en partance vers l'Europe.


    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.