GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: au moins 7 morts et une soixantaine de blessés dans les manifestations

    media Les partisans d'Henrique Capriles dispersés à coup de gaz lacrymogène par la police, à Caracas, le 16 avril 2013. REUTERS/Christian Veron

    Les manifestations depuis lundi soir au Venezuela contre l'élection à la présidence de Nicolas Maduro ont fait au moins sept morts et une soixantaine de blessés, selon les autorités, tandis que les partisans de l'opposition et du gouvernement ont poursuivi ce mardi leurs rassemblements dans tout le pays. Nicolas Maduro a interdit ce mardi un rassemblement de l'opposition prévu mercredi à Caracas.
     

    Au moins sept personnes ont été tuées, dont un fonctionnaire de police de l’Etat de Tachira, dans l’ouest du pays, a annoncé le procureur général, Luisa Ortega, qui a par ailleurs fait état de 135 interpellations en marge de ces manifestations. Depuis lundi soir, des opposants organisent des manifestations dans tout le pays, remettant en cause la victoire de Nicolas Maduro à l’élection présidentielle.

    Des opposants qualifiés de « fascistes »

    Suite à ces annonces, la tension entre les opposants et le gouvernement de Nicolas Maduro est montée d’un cran. La ministre des Affaires étrangères, Elias Jaua, a ainsi qualifié les opposants de « fascistes » et affirmé avoir « incité les forces politiques à la mobilisation démocratique pour célébrer et officialiser la victoire. »

    Interdiction du rassemblement de mercredi

    Nicolas Maduro, président élu du Venezuela, a repris à son compte ce terme de « fascistes » pour qualifier les opposants, leur imputant la responsabilité des sept personnes tuées au cours des manifestations.

    Il a également annoncé qu’il n’allait « pas permettre » le rassemblement prévu ce mercredi à Caracas par ces opposants. Nicolas Maduro a par ailleurs dénoncé ce qu’il qualifie de tentative de « coup d’Etat » de la part de son adversaire, Henrique Capriles.

    Ce dernier, qui a remis en cause la validité des résultats du scrutin, a pour sa part accusé le gouvernement d’avoir « ordonné » la violence, afin, justement, de ne pas répondre favorablement à sa demande de recompter les votes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.