GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    M. Obama: si Damas a utilisé des armes chimiques, les Etats-Unis «repenseront leurs options»

    media Le président américain Barack Obama a donné ce mardi 30 avril une conférence de presse au cours de laquelle tous les grands sujets du moment ont été abordés. REUTERS/Larry Downing

    A l’occasion des 100 premiers jours de son second mandat, le président américain Barack Obama a donné ce mardi 30 avril une conférence de presse au cours de laquelle tous les grands sujets du moment ont été abordés, dont en priorité celui de l’usage des armes chimiques en Syrie.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Le président Obama souhaite avoir tous les faits afin d’être certain à 100% que des armes chimiques ont été utilisées, et si oui par qui, quand et comment. Si la ligne rouge qu’il avait tracée en août dernier a été dépassée, « cela changera la règle du jeu, a-t-il dit. Il nous faudra repenser nos options ».

    Le Pentagone a préparé dès l’an dernier une liste d’options, mais le président n’a pas voulu donner de précisions sur ce qu’elles pourraient être, évitant soigneusement de parler d’intervention militaire. Il a souligné que les Etats-Unis étaient sérieusement engagés dans la recherche d’une solution et qu’ils fournissaient une aide humanitaire importante aux réfugiés.

    Barack Obama a par ailleurs qualifié la Russie de très coopérative dans l’affaire du double attentat de Boston. Il a eu plusieurs conversations avec Vladimir Poutine et celui-ci l’a assuré que les autorités russes collaboreraient avec leurs collègues américains pour faciliter leur enquête.

    Le président américain s’est aussi engagé à reprendre son plaidoyer pour la fermeture de Guantanamo auprès du Congrès, qui refuse le transfert des détenus sur le sol américain. « Leur détention est coûteuse, inefficace et nuit à notre image » a-t-il déclaré. Interrogé sur les prisonniers qui font la grève de la faim, et dont certains sont nourris de force, Barack Obama a répondu : « Nous ne voulons pas les laisser mourir ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.