GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: un 1er-Mai sans Hugo Chavez dans une société profondément divisée

    media C'est un 1er-Mai sans Hugo Chavez, dans une société divisée, qui va se tenir ce mercredi à Caracas. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Au Venezuela, il y aura deux manifestations pour le 1er mai. Alors que l’opération de recomptage des voix après la victoire contestée de Nicolas Maduro le 14 avril dernier débute cette semaine, majorité et opposition marcheront séparément : un cortège à l’ouest de Caracas, l’autre à l’est, afin d’éviter les affrontements entre les deux camps. Preuve supplémentaire de l’extrême crispation du climat politique.

    Avec notre correspondant à Caracas, Pierre-Philippe Berson

    Comme si le recomptage des voix de ne suffisait pas, opposition et majorité ont décidé de s’écharper sur l’itinéraire du cortège.

    Cette fois-ci, Nicolas Maduro a cédé. Il laisse les partisans du leader de l’opposition Henrique Capriles marcher de l’est de Caracas vers le centre-ville. Le camp chaviste restera dans les quartiers ouest de la capitale.

    Le président justifie cette décision par le souhait d'éviter tout affrontement entre les deux partis. Initialement, les deux cortèges devaient converger vers le centre de Caracas. Une jonction explosive compte tenu de la tension qui règne depuis la victoire étriquée et contestée de Nicolas Maduro le 14 avril dernier.

    Ce 1er mai est une date symboliquement très forte pour le président Maduro. Lui, l’ancien chauffeur de bus et leader syndical, revendique le titre de premier président ouvrier du Venezuela. Cette marche est une façon d’assoir sa légitimité.

    De l’autre côté de la ville, Henrique Capriles invite ses partisans à marcher pour exiger davantage de droits sociaux, et pour dénoncer une fois de plus les fraudes électorales dont il prétend avoir été victime.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.