GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: nouvelle foire d’empoigne au Parlement

    media Julio Borges, membre de l'opposition lors d'une conférence après la bagarre au Parlement, le 30 avril 2013. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Deux semaines après l’élection présidentielle au Venezuela, une bagarre a encore éclaté mardi 30 avril au Parlement entre les députés de la majorité et ceux de l’opposition. C’est la deuxième fois en deux semaines. Sept députés de l'opposition ont été blessés. En cause : un texte adopté par la majorité interdit à l’opposition de s’exprimer dans l’hémicycle tant qu’elle ne reconnaît pas le président Nicolas Maduro.

    Condamnée à se taire, l’opposition vénézuélienne choisit un nouveau moyen de s’exprimer. Dans l’hémicycle, les députés brandissent des pancartes sur lesquelles est écrit : « Coup d’Etat à l’Assemblée ».

    Fous de rage, les élus de la majorité passent à l’attaque. Echanges de coups de poing, visages en sang... Maria Corina Machado est blessée. Pour cette députée de l’opposition, c’est Diosdado Cabello, président de l’Assemblée, qui est le principal responsable.

    Le principal responsable de tout cela est Diosdado Cabello...

    Julio Borges

    Membre de l'opposition

    01/05/2013 - par RFI Écouter

    « L’agression a été brutale, ignoble et vile, clame-t-elle. Le député Diosdano Cabello souriait pendant que nous, députés de l’Assemblée, nous étions attaqués sauvagement. Nous voulons vous dire que nous n’allons pas abandonner l’Assemblée nationale et que nous serons de retour, décidés à faire valoir nos droits. »

    A la télévision, à la radio, le nouveau président Nicolas Maduro enclenche la cadena. Au Venezuela, ce dispositif permet aux autorités de s’imposer et de s’exprimer sur toutes les antennes.

    Il accuse le camp adverse d’être à l’origine des tensions : « Nous ne sommes pas d’accord avec la violence, mais nous savions que l’opposition venait pour provoquer la violence, ce qui a produit cette forte empoignade. Mais cela ne doit pas se répéter. »

    L'opposition vénézuélienne conteste les résultats de la présidentielle et exige un nouveau décompte. Ce mercredi 1er mai, les tensions ne devraient pas s’apaiser, les deux camps prévoyant de manifester. Les violences au sein de l’Assemblée pourraient gagner la rue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.