GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La vidéo d'une femme décapitée secoue Facebook

    media La vidéo montre la décapitation d'une femme en direct Capture d'écran / Lastvideo.com

    La décapitation d’une femme en direct, voici le contenu d’une vidéo choc circulant sur Facebook depuis sa publication, la semaine dernière. Après avoir refusé de retirer la vidéo du réseau social, Facebook fait volte-face. Dénoncée par des milliers d’internautes et de nombreuses associations, la séquence sera finalement retirée dès aujourd’hui.

    Une femme agenouillée, mains liées dans le dos, se faisant trancher la gorge jusqu’à la décapitation par un homme cagoulé. Tel est le contenu de cette vidéo choc à l’origine d’une passe d’armes entre le numéro 1 des réseaux sociaux et des milliers d’utilisateurs.

    Mise en ligne mercredi dernier sur Facebook, la vidéo a provoqué l’émotion chez de nombreux membres du réseau social. Ni le lieu, ni la date n’ont pu être identifiés, mais une voix entendue sur la vidéo suggère qu’elle ait été filmée au Mexique. Les soupçons pèsent alors sur le cartel de la drogue mexicain «Los Zetas», organisation criminelle connue pour ses exécutions brutales.

    Partagée par de nombreux internautes, pour dénoncer un tel acte ou par pur voyeurisme, la séquence devient vite virale. Scandalisés par la violence de ses images, des milliers d’utilisateurs ont signalé la vidéo et demandé son retrait à l’assistance de Facebook.

    Violence gratuite ou vidéo témoin du monde ?

    Pourtant, Facebook décide de maintenir cette vidéo morbide sur la plateforme. Interrogé par la rédaction suisse de 20 minutes, lundi 29 avril, le groupe justifie sa position : «Notre décision de ne pas supprimer ce contenu est basée sur le fait que les gens ont le droit de décrire le monde dans lequel nous vivons, de présenter et de commenter les actions». Un étudiant irlandais ayant signalé la vidéo s’est vu opposer un tout autre argument. La vidéo ne violerait pas la norme communautaire sur la violence graphique incluant «la représentation du mal fait à autrui, les menaces à la sécurité publique, le vol ou le vandalisme».

    Si le numéro 1 des réseaux sociaux brandit le droit à une libre information, le contenu de la vidéo, d’une extrême violence, n’en viole pas moins les conditions d’utilisation de Facebook : «Vous ne publierez pas de contenus incitant à la haine ou à la violence, menaçants, à caractère pornographique ou contenant de la nudité ou de la violence gratuite».

    Des positions paradoxales

    Sur ce point, la position du groupe est pour le moins surprenante, voire paradoxale. En 2011, un artiste danois avait été exclu du réseau social pour avoir mis sur son profil le tableau L'Origine du monde de Gustave Courbet représentant un sexe féminin. Jugée contraire aux règles interdisant la nudité, le groupe avait supprimé le profil de l’utilisateur afin que Facebook «demeure un milieu virtuel sûr à visiter, y compris pour les nombreux enfants qui l'utilisent».

    D’abord réticent au retrait de la vidéo, Facebook fait finalement marche arrière. Un membre du comité consultatif de sécurité de Facebook s’opposant à cette démarche, le groupe a annoncé, jeudi, la suppression de la séquence et la réévaluation de leur politique sur le traitement de ce genre de contenu. Mais Facebook n’en démord pas : «Comme les journaux TV montrent souvent des atrocités bouleversantes, les utilisateurs peuvent partager ces mêmes contenus de manière à sensibiliser».

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.