GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: douze combattants prorégime ont été tués lors d'une frappe de la coalition internationale (OSDH)
    • France: «La question du maintien de Guillaume Pepy à la tête de la SNCF n'est pas posée» (Griveaux)
    • Economie: Deutsche Bank supprime plus de 7000 postes et coupe dans sa banque d'investissements
    • Israël dévoile un plan pour la construction de 2500 logements en Cisjordanie
    • Italie: deux morts et plusieurs blessés dans le déraillement d'un train
    Amériques

    Etats-Unis: une entreprise en ligne accusée de blanchiment d'argent

    media

    C’est la plus grande opération anti-blanchiment jamais traitée aux Etats-Unis. Le département de la Justice a annoncé, mardi 28 mai 2013, l’arrestation de sept personnes, toutes liées à la société Liberty Reserve. Une entreprise accusée d’avoir blanchi 6 milliards de dollars dans des opérations en ligne depuis sa création en 2006.

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    Liberty Reserve, c’est une plateforme de paiement en ligne, une société que l’on utilise pour régler ses achats sur Internet. Mais selon l’acte d’accusation du procureur de Manhattan, la compagnie était en fait une « banque au marché noir », « la plaque tournante financière de la cybercriminalité », affirme Preet Bharara.

    Et le magistrat précise que Liberty Reserve a couvert à peu près tout ce qu’Internet compte d’activités illégales : du vol d’identité à la pornographie enfantine, en passant par le trafic de drogue et la fraude aux cartes bancaires.

    Enregistrée au Costa Rica, la société comptait 1 million d’utilisateurs dont 200 000 aux Etats-Unis. Ces sept dernières années, 55 millions de transactions ont été passées et « presque toutes étaient illégales », assure le procureur de New York. Extrêmement active, la plateforme permettait d’envoyer de l’argent à n’importe qui, d’en recevoir de n’importe qui, partout dans le monde et sans le moindre contrôle en dehors de toute réglementation financière.

    L’enquête, menée dans 17 pays, a abouti à l’inculpation de sept responsables ou anciens responsables de Liberty Reserve. Pour l’instant, cinq personnes ont été arrêtées et deux sont toujours en fuite. Les autorités fédérales ont également saisi le domaine internet de la société, ainsi que ceux de quatre autres sites « tiers », eux-aussi contrôlés par les inculpés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.