GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    États-Unis : révélations sur un vaste programme d’espionnage

    media Facebook dément fournir un accès direct à ses serveurs. Reuters

    Big Brother est parmi nous ! Cela pourrait être le titre de plusieurs journaux américains, ce vendredi 7 juin 2013, après les révélations du Washington Post et du Guardian. Des informations qui concernent les vastes programmes d’espionnage des communications et des données informatiques sans doute mis en place par les services secrets américains. Il y a d’abord eu les relevés téléphoniques, mais jeudi soir, on évoque un programme secret d’espionnage de grande envergure désormais connu sous le nom de code « Prism ».

    Avec notre correspondant à Washington,Raphaël Reynes

    Les deux journaux révèlent l’existence de « Prism » en publiant des extraits d’une présentation PowerPoint apparemment destinée à former les analystes de renseignement de la NSA, l’agence américaine de renseignement à l’étranger. « Prism » serait un programme ultraconfidentiel qui permettrait à l’agence de puiser directement dans les serveurs de neuf compagnies « partenaires » parmi lesquelles Microsoft, Apple, Yahoo, Google, Facebook ou encore Skype.

    Les espions américains pourraient lire les courriels, les chats, regarder les photos, les vidéos et tout autre type de fichier échangés en ligne. Et même avoir accès à des noms d’utilisateurs et des mots de passe sans la moindre ordonnance de justice.

    Démenti général

    Des informations rapidement démenties par les compagnies concernées. Google a immédiatement déclaré, dans un communiqué, qu’il n’existait « aucune porte d’entrée cachée » à ses serveurs. Facebook dément fournir un accès direct à ses serveurs et Apple affirme n’avoir jamais entendu parler d’un programme baptisé « Prism ». Difficile de savoir où est la vérité. Ce vendredi matin, dans son article le Washington Post cite une note confidentielle du programme qui précise que « les compagnies sources doivent être protégées. Elles risqueraient de s’éloigner du programme si leur nom venait à être cité », est-il écrit.

    La loi américaine interdit au gouvernement des Etats-Unis d’espionner des ressortissants américains ou des étrangers vivant légalement sur le territoire américain sans qu’il y ait des preuves d’une implication dans une activité criminelle. Officiellement, le programme « Prism » ne vise donc que les étrangers, mais les associations de défense des libertés civiles s’insurgent contre les risques d’atteinte à la vie privée à travers ce programme lancé sous George Bush après le 11-Septembre et que le Congrès américain a récemment autorisé de nouveau.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.