GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    «Prism»: au Royaume-Uni l’opposition réclame des comptes sur cette affaire d’espionnage

    media Les travaillistes se sont engouffrés dans la brèche, après les révélations du journal The Guardian sur les dérives présumées du Service gouvernemental de communications.

    En Grande-Bretagne, l'opposition travailliste a demandé au ministre des Affaires étrangères, William Hague, de s'expliquer au Parlement au sujet d’une affaire d’espionnage dont il a d'abord été question aux Etats-Unis. En effet, le Service gouvernemental de communications est soupçonné d'avoir fait des écoutes et de la collecte de données personnelles à travers le système américain « Prism ».

    Les travaillistes se sont engouffrés dans la brèche, après les révélations du journal The Guardian sur les dérives présumées du Service gouvernemental de communications. Douglas Alexander, le porte-parole pour les Affaires étrangères du Labour a demandé au ministre conservateur des Affaires étrangères William Hague de répondre à l'inquiétude de l'opinion publique, et d'expliquer devant le Parlement ce que le gouvernement entendait faire.

    « Cadre légal »

    « Les services de renseignement ont besoin de récolter des informations de l'étranger, surtout pour la lutte contre le terrorisme, a reconnu Yvette Cooper, une autre travailliste, mais, a-t-elle souligné, cela doit se faire dans un cadre légal, approuvé par le Parlement, de façon à pouvoir installer des garde-fous ».

    Selon The Guardian, le Service gouvernemental des communications aurait eu accès depuis au moins deux ans au programme américain « Prism », qui permet d'intercepter des communications entre utilisateurs d'internet, hors Etats Unis, notamment sur les grands réseaux sociaux comme Facebook.

    C'est de cette façon que, l'année dernière, 197 rapports d'informations auraient été générés.

    Le groupe britannique de défense des libertés civiles Big Brother Watch considère que des questions devraient être posées au plus haut niveau, pour « établir si la vie privée de certains citoyens britanniques a été violée, sans respect de la procédure légale ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.