GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Argentine: l’ex-président Carlos Menem condamné à sept ans de prison ferme

    media

    La sentence est historique en Argentine : l’ancien président Carlos Menem a été condamné dans une affaire de vente illégale d’armes dans les années 1990. Menem, qui a été au pouvoir entre 1989 et 1999 et dont la présidence avait été marquée par de nombreux scandales, avait, de non-lieu en relaxe, échappé jusqu’ici à la justice de son pays.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    Sept ans pour Carlos Menem, cinq pour son ancien ministre de la Défense Oscar Camilión, tous deux condamnés pour contrebande aggravée dans une affaire de vente illégale d’armes à l’Equateur et à la Croatie. C’est historique : pour la première fois depuis le rétablissement de la démocratie en Argentine il y a trente ans, un ancien président écope d’une peine de prison ferme. Le tribunal a également demandé que soit levée l’immunité parlementaire de Carlos Menem, aujourd’hui sénateur, afin qu’il aille effectivement en prison.

    Cette affaire de vente illégale d’armes, qui a démarré il y a dix-huit ans, est l’un des plus importants scandales de la présidence de Menem. Entre 1991 et 1995, 6 500 tonnes de matériel militaire avaient été envoyées à la Croatie et à l’Equateur, sous couvert de fausses destinations. En violation de traités et d’embargos internationaux, ces pays étant alors en guerre. Trois décrets secrets, signés par le président et le ministre de la Défense, avaient autorisé l’opération.

    Mais Carlos Menem peut encore échapper à la prison. S’il fait appel, il faudra attendre que la Cour suprême confirme la sentence. Par ailleurs, la levée de son immunité parlementaire peut prendre du temps. Enfin, ses 82 ans lui permettent de demander de remplir la peine à son domicile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.