GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: les Etats-Unis qui veulent armer les rebelles syriens

     

    Le régime de Bachar el-Assad a franchi la ligne rouge sur les armes chimiques, a fait savoir la Maison Blanche. Du coup, les Etats-Unis vont fournir une assistance militaire directe aux insurgés, une annonce qui fait les gros titres des journaux. Selon Politico, Obama s’implique dans le dossier syrien, « Obama steps into Syria », titre le site d’information.


    Quel type d’armes les Américains vont-ils livrer aux rebelles ?

    Le New York Times, s’appuyant sur des responsables américains, précise qu’il s’agit de petites armes et de munitions. Mais l’envoi d’armes anti-char est également à l’étude. La CIA coordonnera les livraisons. D’après le Washington Post cette opération commencera d’ici deux semaines. Le New York Times estime que cette décision est le fruit d’un compromis laborieusement trouvé par l’entourage de Barack Obama. Le gouvernement américain reste très divisé sur la manière d’intervenir en Syrie.

    Pourquoi cette décision maintenant ?

    C’est la question que pose Politico. Le site d’information doute que seul l’emploi d’armes chimiques par le régime syrien a fait changer l’opinion de Barack Obama. En fait, « le gouvernement américain savait déjà que du gaz sarin a été utilisé », écrit Politico. « Si le président a décidé d’armer les rebelles c’est parce qu’il s’est rendu compte que le régime Assad est en train de reprendre la main en Syrie ». Les Américains s’inquiètent également que ce conflit déborde les frontières et enflamme d’autres pays dans la région comme l’Irak, la Jordanie et le Liban. Un responsable sous couvert d’anonymat confie à Politico « C’est vrai, même si on n’avait pas eu la confirmation que le régime syrien a eu recours aux armes chimiques, on aurait surement conclu qu’Asssad a franchi la ligne rouge. »


    La livraison d’armes aux rebelles va-t-elle changer la donne ? Les journaux sont plutôt sceptiques. Citant des experts militaires, Politico doute que cette décision donne un avantage stratégique à l’opposition syrienne. Selon Anthony Cordsman, chercheur au Center for Strategic and International Studies, les Américains ont attendu trop longtemps. « Pour vraiment peser sur le conflit, ils auraient dû aider les rebelles plus tôt », explique Anthony Cordsman, avant de conclure : « je crains qu'il ne soit trop tard pour changer quoi que ce soit ! »
     
    Affrontements violents entre police et manifestants au Brésil
     
    Au Brésil, les manifestations contre la hausse des tickets des transports se poursuivent. La ville de Sao Paulo a connu une nuit très agitée avec des affrontements violents entre la police et les manifestants. La presse brésilienne publie aujourd’hui des images choquantes. La manchette de la Folha de Sao Paulo montre un policier frappant le dos d’une jeune femme avec une matraque. Sur une autre photo, on voit le visage ensanglanté d’un reporter du journal. Son œil a été touché par une balle en caoutchouc. D’après la Folha, la police militaire aurait volontairement tiré sur les journalistes qui couvraient les manifestations.

    Un reporter du magazine Carta Capital raconte son arrestation. Sa faute ? Avoir acheté une bouteille de vinaigre pour atténuer les effets des gaz lacrymogènes. Il a passé la moitié de la nuit au commissariat où il a été témoin de la violence policière à l’égard d’autres personnes arrêtées, et notamment des femmes. Des femmes qui se sont fait insulter et qui ont été battues avec des matraques.

    Selon la presse brésilienne, plus de 200 personnes, dont plusieurs journalistes, sont toujours en garde à vue. Cette répression policière inquiète l’organisation Amnesty International. Elle l’a fait savoir dans un communiqué repris entre autres par le quotidien O Globo. Amnesty juge également préoccupant le comportement répressif des autorités à l’égard des reporters.

    Le quotidien note que ces manifestions contre l’augmentation du prix des transports publics se font dans un contexte de crise économique, qui se traduit par une importante inflation, la chute des valeurs boursières et la baisse de la monnaie nationale par rapport au dollar. Le Brésil est très peu habitué à voir des gens descendre dans la rue, écrit O Globo. « Mais ces manifestations-là ressemblent à un cri d’alarme lancé au gouvernement », estime le journal.
     
    « Il faut de vraies reformes structurelles ! »
     
    Le quotidien haïtien Nouvelliste publie une interview avec un diplomate américain en poste à Port-au-Prince. En fin de mandat, John Robinson, chef de la section économique de l'ambassade américaine, dresse un bilan de la politique américaine en Haïti. Selon lui, « il faut mettre l'emphase sur de vraies réformes structurelles, ce qui est plus difficile que de construire des infrastructures ». Il conseille de continuer avec les réformes structurelles, car, au final, dit-il, ce sont elles qui attireront les investisseurs dans le pays. Et de conclure : « Il faudra se pencher sur la transparence et l'amélioration du climat des affaires, deux conditions déterminantes pour une croissance soutenable ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.