GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Kosovo: Le Parlement a été dissous par les députés, signale l'AFP
    • Syrie: le régime va permettre aux civils de sortir de la province d'Idleb (agence officielle Sana)
    • Chine: des morts et des disparus dans des coulées de boue dans une région montagneuse du sud-ouest du pays (autorités)
    • Inde: spectaculaire arrestation de Palaniappan Chidambaram, ancien ministre des Finances devenu l'un des leaders de l'opposition
    • Ce 22 août, la Russie a lancé «Fiodor», son premier robot humanoïde, vers la Station spatiale internationale
    • Texas: douzième exécution depuis le début de l'année aux États-Unis
    Amériques

    Chili: une vidéo de violences policières contre des étudiants indigne les réseaux sociaux

    media Des étudiants affrontent la police pendant une manifestation contre le gouvernement, pour demander des changements dans la politique d’éducation, à Valparaiso, au Chili. REUTERS/Eliseo Fernandez

    Au Chili, une vidéo fait le tour de tous les réseaux sociaux et se trouve à la une des médias. Il s’agit de la violente évacuation de l’Université du Chili à Santiago par la police militarisée. Les forces de l'ordre ont notamment utilisé du gaz lacrymogène sur des étudiants qui demandent une grande réforme de l'éducation. Un coup de force qui a provoqué une gigantesque polémique dans un pays pourtant habitué aux scènes de violence policières.

    Avec notre correspondante à Santiago, Claire Martin

    Depuis quelques semaines déjà, le siège administratif de l’Université du Chili, situé en plein cœur de Santiago, était occupé par ses étudiants. Par ailleurs, cela fait deux ans que les étudiants et les élèves du secondaire chiliens réclament une éducation gratuite, publique et de qualité, sans grand résultat.

    Alors que la campagne électorale bat son plein (les élections parlementaires et présidentielles se dérouleront le 17 novembre, mais les primaires se tiennent dans moins de deux semaines), la mobilisation repart de plus belle. Jeudi 13 juin justement, une grosse manifestation a réuni 110.000 personnes. Elle s’est terminée par des affrontements entre manifestants et policiers, qui ont décidé d’évacuer l’Université.

    Cris, bruits de verre brisé, coups secs, des étudiants qui lancent des chaises, tables, bouteille sur les forces spéciales de police qui sont en train d’entrer dans le hall de l’université: la vidéo part dans tous les sens. Les jeunes tentent de sortir alors que la police lance des bombes lacrymogènes et tape sur les étudiants non-armés, parfois au sol, à coup de matraque et coups de pied.

    Des violences dans la plus ancienne université du pays

    Cette vidéo et plusieurs autres font polémique car de nombreux témoins ont assisté à la scène. Au Chili, les violences policières excessives contre les jeunes cagoulés, les casseurs, qui se battent à coups de pierres ou de bâtons, sont récurrentes.

    Mais dans ce cas précis, la scène se déroule à l’intérieur de la plus ancienne et la plus grande université publique du pays. Tout un symbole. En 140 ans d’existence, c’est la troisième fois que la police entre sans autorisation dans l'établissement. Qui plus est, dans ce cas, face à des étudiants non-cagoulés, sans pierres ni bâton, dans un lieu fermé. Il y a eu 29 arrestations et 20 blessés, dont un mineur qui s’est évanoui et une étudiante avec 8 points de suture à la tête.

    Des jeunes filles accusent les policiers de les avoir «tripotées» durant les arrestations. Le recteur de l’université, qui est arrivé alors que la fumée des lacrymogènes flottait toujours, a immédiatement parlé d’outrage, d’autant qu’il n’avait pas donné son autorisation aux forces spéciales d’entrer. Egalement scandalisée, la maire de Santiago, Carolina Toha, exige une enquête.

    Des forces de police hors de contrôle

    Le ministre de l’Intérieur, Andres Chadwick, justifie l’action policière. Selon lui, de l’intérieur de l’enceinte de l’université, un jeune aurait lancé un cocktail Molotov. Ce délit aurait alors provoqué la réaction de la police. Sur la vidéo diffusée, on voit effectivement un jeune lancer quelque chose, mais impossible de dire si c’est un Molotov ou une pierre.

    Il est, de toute façon, difficile de justifier les coups de matraque sur des étudiants non-armés et des arrestations brutales, sans discrimination. Les forces de police chiliennes, constamment soutenues par le gouvernement de droite, semblent hors de contrôle. C’était jusqu’ici l’institution préférée des Chiliens: elle vient de perdre beaucoup de crédit.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.