GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La NSA accusée d’espionner des ambassades occidentales

    media Locaux de l'Ambassade de France à Washington. SimonP/wikimedia.org

    Le quotidien The Guardian révèle dans son édition du lundi 1er juillet que les représentations de l’Union européenne ont été mises sur écoute à Washington et à l’ONU à New York. L’ambassade de France, jugée moins fiable que celles d’autres pays anglo-saxons, a notamment été prise pour cible.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Le document que s’est procuré le quotidien britannique The Guardian date de 2010 et dresse une liste de 38 ambassades et missions diplomatiques au total qui sont décrites comme des « cibles ». Parmi elles, l’Italie, la Grèce mais aussi la France, considérées comme moins fiables que les alliés anglo-saxons que sont la Grande-Bretagne, l’Australie ou le Canada.

    Ces informations, obtenues auprès d'Edward Snowden, l'ex-consultant informatique des services secrets américains, détaillent une gamme extraordinaire de méthodes d'espionnage utilisées contre chacune de ces cibles, allant de micros dissimulés dans des équipements électroniques de communication à des branchements sur des câbles ou à la collecte de transmissions au moyen d'antennes spéciales.

    Ces techniques, qui rappellent celles utilisées en pleine Guerre froide contre des nations ennemies, ont provoqué la colère des responsables de l’Union européenne et de chacun des pays visés. Face à l’indignation générale, Washington fait le dos rond, se contentant pour l’instant de répéter que les Etats-Unis recueillent des informations comme le font tous les pays. Mais les relations transatlantiques ont soudain pris un coup de froid au moment où se négocie un accord de libre-échange historique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.