GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Assassinat du père Hamel: le deuxième tueur identifié, fiché "S" depuis le 29 juin
    • Barack Obama: «Nous mènerons Hillary à la victoire»
    Amériques

    L'opposition brésilienne ne croit pas au projet de référendum de Roussef

    media

    Ce mardi 2 juillet, Dilma Rousseff doit présenter au Parlement une proposition de référendum. La présidente brésilienne tente de calmer la colère de la rue même si les manifestations ont perdu de leur intensité depuis une dizaine de jours. Avec cette consultation populaire, l'héritière de Lula propose une réforme du système politique brésilien. Une proposition qui n'apportera aucune amélioration, affirme l'opposition.

    Dans son allocution radiophonique hebdomadaire, la chef de l'Etat brésilien assure qu'il faut entendre le message de la rue. Alors que le pays se prépare à l'organisation de la Coupe du monde en 2014 et des Jeux olympiques en 2016, il faut trouver des réponses, s'est engagée la présidente.

    Plus de transparence et davantage de proximité entre les électeurs et les élus. Voilà l'enjeu du référendum que Dilma Rousseff veut proposer aux Brésiliens. Elle espère ainsi sortir de trois semaines de fronde sociale qui ont poussé des millions de citoyens dans la rue. Pour ce faire, elle doit passer par le Parlement, seul habilité à organiser une consultation populaire.

    « La proposition de plébiscite en ce qui concerne la réforme politique, explique la présidente, est motivée par deux choses : d’abord, nous constatons que pendant longtemps le pays a essayé de faire une réforme politique mais n’a pas réussi. » D'où l'importance d'organiser une consultation populaire pour « baliser la réforme politique ». « Deuxièmement, continue Dilma Roussef, il est aussi fondamental de s’apercevoir que cette transformation est nécessaire pour améliorer, pour nous tous, dirigeants et population, la représentation politique du pays. »

    L'initiative de Dilma Rousseff a été accueillie de manière très critique par l'opposition parlementaire. Cette consultation ne répond pas aux attentes du peuple, a dénoncé le président du principal parti d'opposition, le Parti social-démocrate brésilien.

    De leur côté, certains gouverneurs n'hésitent pas à juger cette initiative inefficace. « Il n'y a pas d'argent pour la santé, donc n'espérez aucune amélioration », a prévenu Eduardo Campos, gouverneur du Parnambouc. Depuis le début du mouvement social, la cote de popularité de la présidente brésilienne a chuté de vingt-sept points.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.