GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: le président Maduro offre l'«asile humanitaire» à Edward Snowden

    media Le président vénézuélien Nicolas Maduro (g.) et son homologue bolivien Evo Morales, le 1er juillet 2013 à Moscou. AFP PHOTO / POOL / YURI KOCHETKOV

    Le Venezuela a annoncé vendredi 5 juillet qu'il accordait l'asile à Edward Snowden, l'ancien consultant de la National Security Agency (NSA) à l'origine des révélations sur l'ampleur des programmes de surveillance et d'espionnage des services des Etats-Unis. Le chef d'Etat vénézuélien Nicolas Maduro a donné des indices à propos de cette éventualité, pendant une semaine, avant de confirmer sa décision.

    Avec notre correspondante à Caracas, Angèle Savino

    Nous avons décidé d'offrir cette possibilité que donne le droit humanitaire international de protéger le jeune Snowden face à la persécution de l'empire le plus puissant au monde.

    Nicolas Maduro

    Président du Venezuela

    06/07/2013 - par RFI Écouter

    Le président vénézuélien avait déjà laissé entendre, il y a une dizaine de jours, qu’il pourrait accorder l’asile à Edward Snowden.

    Puis, la colère est montée parmi les chefs d’Etats sud-américains, après l’atterrissage forcé, mercredi 3 juillet, en Autriche, d’Evo Morales, suspecté de transporter clandestinement l'ancien consultant de la NSA. Six présidents se sont réunis en urgence le lendemain en Bolivie pour réclamer des excuses à la France, l’Espagne et le Portugal, accusés d’avoir commis une erreur « qui aurait pu mettre en danger la vie du président bolivien ».

    Lors de ce sommet en Bolivie, Nicolas Maduro a nargué les Etats-Unis en donnant ce conseil à Evo Morales : « Méfie-toi, l’empire nord-américain devient fou avec ce jeune qui n’a fait que dire la vérité à propos d’un pays qui prétend contrôler le monde, via un espionnage massif. »

    Et ce n’est pas non plus un hasard si le président vénézuélien a finalement choisi d’annoncer formellement qu’il accordait l’asile à Edward Snowden, ce vendredi 5 juillet, jour de l’anniversaire de l’indépendance, et quatre mois tout juste après la mort d’Hugo Chavez.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.