GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les Mexicains aux urnes après une campagne marquée par la violence

    media Une fresque représentant un candidat du PRI du président Enrique Pena Nieto, le 3 juillet 2013 à Tijuana. REUTERS/Jorge Duenes

    Dans 14 des 32 Etats du Mexique, les électeurs sont appelés aux urnes ce dimanche 7 juillet pour élire  plus de 400 députés aux parlements régionaux, quelque 1 350 maires ainsi que le gouverneur de l’Etat septentrional de Basse-Californie. Il s’agit là de la première consultation électorale depuis le retour au pouvoir, en décembre dernier du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) du président Enrique Pena Nieto.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

    Un an après la victoire de son candidat à la présidentielle, l’ambition affichée du Parti révolutionnaire institutionnel est de remporter un maximum de sièges, ainsi que de reconquérir le gouvernement de Basse-Californie, aux mains du Parti action nationale (PAN) depuis 24 ans.

    Le parti au pouvoir cherche ainsi à renforcer sa présence dans tout le pays pour s’ériger en parti dominant. Et pourquoi pas, en parti hégémonique.

    Et devant la faiblesse de ses adversaires, le PRI a toutes les chances de remporter largement ces élections régionales. La gauche n’est guère présente dans les Etats où se déroulent ces scrutins. Quant au PAN, qui ne s’est toujours pas remis de sa débâcle électorale lors de la présidentielle de l’an dernier, il risque fort d’enregistrer un nouveau recul.

    Les narcotrafiquants essaient de peser sur le scrutin

    Mais le plus préoccupant demeure le climat de violence qui a prévalu durant les campagnes électorales, notamment dans le nord du pays. Plus d’une dizaine de candidats ou dirigeants politiques ont été assassinés, et de nombreux autres menacés ou enlevés.

    Les Mexicains attribuent cette vague de violence aux cartels de la drogue. Les narcotrafiquants chercheraient ainsi à influer sur les futurs élus municipaux des territoires qu’ils contrôlent ou veulent contrôler. Et dans certains cas, ils chercheraient tout simplement à imposer leurs propres candidats.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.