GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 24 Avril
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
Jeudi 27 Avril
Aujourd'hui
Samedi 29 Avril
Dimanche 30 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le pape François a atterri au Caire (journaliste AFP)
    • Les Etats-Unis n'excluent pas le dialogue direct avec la Corée du Nord (Tillerson)
    • Erdogan veut écrire avec Trump une «nouvelle page» des relations turco-américaines
    • Brexit: Londres doit d'abord régler son divorce avec l'Union européenne avant de discuter commerce (Tusk)
    Amériques

    Chili: le viol d'une fillette rouvre le débat sur l'avortement

    media

    Au Chili, une fillette de 11 ans enceinte des suites d’un viol rouvre le débat sur l’avortement. Ce pays fait partie des six pays d’Amérique latine où l’avortement sous toutes ses formes est illégal. A la veille de quitter le pouvoir en 1989, Augusto Pinochet était revenu sur la loi autorisant l'avortement pour raisons médicales.

    Avec notre correspondante à Santiago, Claire Martin

    Belen a-t-elle droit à un avortement ? Cette fillette surnommée ainsi pour protéger sa réelle identité n’a que 11 ans. Elle a été violée pendant deux ans par son beau-père, elle est aujourd’hui enceinte de presque quatre mois. Du fait de son jeune âge, une grossesse pourrait mettre sa santé en danger.

    Seulement, ni l’horreur de l’affaire, ni les risques que court cette fillette n’ont d’impact sur la loi. L’avortement est illégal sous toutes ses formes au Chili. Jusqu’en 1989, l’avortement thérapeutique, c’est à dire appliqué pour des raisons médicales, était pourtant légale. C’est l’ancien dictateur Augusto Pinochet qui l’a interdit à la veille de quitter le pouvoir. Un cadeau à l’Eglise catholique ultraconservatrice très puissante parmi les élites. Car du côté de la population, 53% serait à faveur de sa légalisation.

    La candidate du centre-gauche à la présidentielle de novembre, Michelle Bachelet, considère un avortement nécessaire dans ce cas. Les organisations féministes espéraient davantage de l’ancienne directrice d’ONU Femmes. Mais elle parle aussi au nom de la démocratie-chrétienne, farouchement conservatrice. Cette affaire en dit long sur sa liberté de parole et de positionnement.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.