GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Colombie: le parti des FARC de retour en politique

    media

    L’Union patriotique a retrouvé son statut de parti politique en Colombie. Ce parti de gauche, regroupant des guérilleros des FARC démobilisés, avait été victime dans les années 80 d’une persécution politique sans précédent. Deux candidats présidentiels et quelque 4 000 militants de base avaient alors été assassinés. Pourquoi ce retour sur la scène politique de ce parti martyr ? Quel rôle pourrait-il jouer alors qu’à La Havane, gouvernement et guérilla tentent de négocier la paix ?

    Avec notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detoeuf

    La vitrine politique des FARC, l’Union patriotique (UP), a récupéré son statut de parti politique grâce à une décision du Conseil d’Etat. Créé en 1985 dans la mouvance des premières négociations de paix engagées avec la guérilla marxiste des FARC et rapidement avortée, le parti est composé de guérilleros des Farc démobilisés.

    La droite et l’armée considèrent alors que l’UP et sa composante communiste sont le bras politique de la guérilla. Les paramilitaires vont s’acharner contre ses membres en toute impunité. Les Colombiens parlent même du génocide de l’Union patriotique pour décrire la tragédie dont ce parti a été victime. En 2002, l’UP, décimée, ne présente pas de candidats aux législatives et perd son statut de parti politique, faute d’avoir franchi un seuil électoral.

    La population colombienne réticente

    L’arrêt du Conseil d’Etat intervient alors que fait débat l’éventuelle participation en politique des guérilleros, si les FARC acceptent de se démobiliser. La résurrection de l’UP leur fournit un cadre pour présenter des candidats dès 2014 aux élections présidentielle et législatives. A en croire les sondages, la population reste très réticente. La démocratie colombienne semble, elle, prête à faire le pari de la paix.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.