GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Québec: rencontre houleuse entre le président de Rail World et les victimes de Lac-Megantic

    media Une vue aérienne de la catastrophe, le 6 juillet 2013. REUTERS/Mathieu Belanger

    Au Québec, le bilan ne cesse d'augmenter, 20 corps ont été retrouvés après l'explosion et l'incendie de plusieurs wagons-citernes, dans le centre-ville de Lac-Megantic. Le président de la société Rail World, qui détient la Montreal Maine and Atlantic (MMA), est enfin arrivé dans la localité et a tenté de donner des réponses sur les responsabilités. Son train avait été laissé sans surveillance, alors qu'un incendie s'était déclaré plus tôt et que les pompiers étaient alors intervenus. Le conducteur était allé se coucher. Une heure et demie plus tard, le train fou s’est mis à dévaler la pente jusqu'à Lac-Megantic. La rencontre a été houleuse.

    Avec notre correspondante à Montréal, Marie-Laure Josselin

    Edward Burkhardt était attendu à Lac Megantic. Et devant le flot de questions des journalistes et des citoyens derrière qui l'injuriaient, il a perdu patience. L'ambiance était tendue. Et à la question, « pourquoi n'êtes vous pas venu avant ? » il répond : « Je croyais ne pas être utile ici à me promener dans la ville, nous avions une douzaine de répondants sur place ».

    Du bout des lèvres, et en accusant toujours un peu au début les pompiers qui ont éteint le premier feu sur la locomotive une heure trente avant la tragédie, Edward Burkhardt a reconnu : « Je crois que nous avons beaucoup de responsabilités mais à savoir si nous avons toute la responsabilité, ça reste à déterminer ».

    Puis, alors qu'une dizaine de minutes avant il indiquait que la procédure avait été respectée, il impute finalement la faute au conducteur. Selon lui, il a omis de mettre les freins avant d'aller se coucher, même si le conducteur assure le contraire et que jusqu'alors la compagnie le soutenait. « Il a été suspendu sans solde et ne travaille plus », a affirmé Edward Burkhardt.

    La pilule passe mal, vraiment mal. Les gens sont en colère, furieux contre ce directeur qui ne prend même pas la peine de s'exprimer ou de se faire traduire en français, et qui affirme n’avoir que respecter la pratique normale, à savoir laisser un train rempli de pétrole en gare, sans conducteur. « Vous pouvez dire après coup que ce n’était pas correct, mais on suivait la pratique normale ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.