GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    L'Argentine commémore l'attentat de l'Amia sur fond de polémique

    media

    À Buenos Aires, a été commémoré dans un climat très lourd un nouvel anniversaire de l’attentat contre la mutuelle juive Amia qui a fait 85 morts et 300 blessés en 1994, un attentat attribué à l’Iran par la justice argentine. Le gouvernement a signé il y a quelques mois avec l’Iran, qui n’a jamais voulu livrer les suspects, un accord par lequel il s’engage à contribuer à la recherche de la vérité. Mais en Argentine, on craint qu’il ne serve qu’à dédouaner Téhéran.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    « Dix-neuf ans et la blessure est toujours ouverte ». C’est avec ce slogan qu’a été commémoré un nouvel anniversaire de l’attentat contre l’Amia, au siège de la mutuelle juive.

    Dix-neuf ans après, la blessure paraît en fait plus ouverte que jamais, suite à l’accord signé par le gouvernement avec l’Iran en janvier, qui a divisé la communauté juive et les familles des victimes. Comment penser que le gouvernement iranien, qui a toujours refusé de livrer ses concitoyens recherchés par Interpol sur demande de la justice argentine, va contribuer à la recherche de la vérité ? a déclaré le président de l’Amia.

    Sofia Gutterman, mère d’une victime, a été plus dure encore. « Ceci n’est pas un accord. C’est un pacte entre un pays agressé et un pays agresseur. Les morts ne se négocient pas ! », lâche-t-elle.

    En visite en Colombie, la présidente Cristina Kirchner était représentée par le sénateur Aníbal Fernandez. S’il n’a pas pris la parole, il a tout de même répondu à RFI pour défendre l’action du gouvernement : « Pour ce qui est des cinq inculpés iraniens, il est impérieux que le juge puisse prendre leurs déclarations. C’est-ce que nous voulons. »

    Les incidents que l’ont craignait n’ont pas eu lieu. Mais la tension était beaucoup plus forte que les années précédentes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.