GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: un étudiant devient millionnaire après avoir été oublié en prison pendant quatre jours

    media Daniel Chong a vécu sans eau ni nourriture pendant quatre jours, oublié dans une cellule de l'agence fédérale antidrogue. Flickr/Center for Digital Archaeology, Berkeley CA

    4,1 millions de dollars. Tel est le montant que l'avocat de Daniel Chong a obtenu du département de la Justice américain. Ce jeune étudiant à l'université de San Diego avait été arrêté en 2012 pour consommation de stupéfiants, puis abandonné dans une cellule pendant quatre jours. Son avocat n'a même pas eu à porter plainte et l'agence antidrogue américaine a dû présenter des excuses publiques.

    Tout a commencé le 20 avril 2012, lorsque Daniel Chong, âgé de 23 ans à l'époque, a rejoint des amis pour faire la fête. Ce qu'il ne savait pas, c'est que la maison était sous surveillance des agents de la Drug Enforcement Administration (DEA), la police fédérale antidrogue.

    Lorsque ceux-ci ont fait irruption, à l'aube du 21 avril, ils ont trouvé dans la maison 18 000 pilules d'extasy, du cannabis et des armes. Ils ont également trouvé Daniel Chong qui dormait, et l'ont emmené avec six autres personnes pour les interroger dans les locaux de l'agence fédérale.

    Sur place, l'étudiant a répondu aux questions des agents qui devaient, tout compte fait, le libérer par la suite. L'agence antidrogue a même reconnu qu'il n'a jamais été inculpé. Ensuite, Daniel Chong a été reconduit dans une cellule sans fenêtre, un agent lui assurant qu'il revenait dans quelques minutes. C'est à ce moment là que son calvaire a commencé.

    Déshydratation, hallucinations et problèmes rénaux

    Pendant quatre jours, personne n'est revenu, malgré ses cris, ses appels au secours et ses coups de pied dans la porte. Sans eau ni nourriture, le jeune homme a survécu en buvant sa propre urine. Au bout de trois jours, il souffrait d'hallucinations pendant lesquelles il a cru respirer des vapeurs toxiques qu'on lui administrait à travers les bouches d'aération.

    Il raconte aussi avoir finalement accepté l'idée de mourir et a souhaité adresser un dernier message d'adieu. Pour cela, il a cassé ses lunettes puis tenté de tailler sur son bras : « Désolé maman ». Ce n'est que quatre jours plus tard que les agents ont ouvert la porte et l'ont découvert les mains encore menotées.

    Désormais, des caméras de surveillance dans chaque cellule

    Après avoir perdu 7kg, l'étudiant a passé cinq jours à l'hôpital, souffrant de déshydratation et de problèmes rénaux. Le jeune homme a dû suivre une intense psychothérapie et souffre de stress post-traumatique.

    Son avocat a obtenu 4 millions de dollars pour le préjudice subi. Selon la presse locale, le dédommagement a été confirmé par le département de la Justice dans le cadre d'un accord à l'amiable. La DEA, qui a présenté publiquement des excuses en mai, a désormais renforcé ses procédures de détention, avec obligation de vérifier les cellules quotidiennement et en y plaçant des caméras de surveillance.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.