GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pétrole: l'Equateur renonce à épargner la réserve écologique du Yasuni

    media

    Lancé il y a six ans à la tribune des Nations unies, le plan Yasuni ITT vient d’échouer en Equateur. Il s’agissait d’une première mondiale pour lutter contre le réchauffement climatique. L’idée était de ne pas exploiter un gisement de pétrole lourd situé dans la réserve mondiale de biosphère du Yasuni en échange d’une contribution financière de 3,6 milliards de dollars de la communauté internationale. Mais l’argent n’est arrivé qu’au compte-gouttes, a dénoncé le président équatorien Rafael Correa.

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    Rafael Correa a présenté l’échec du plan Yasuni ITT comme l’une de ses décisions « les plus difficiles » à prendre. Même s’il reconnaît avoir commis des erreurs et l’impact de la crise économique mondiale, il en rejette la responsabilité sur les grands pays pollueurs. « Malheureusement nous devons dire que le monde nous a fait défaut… Nous n’avons pu recueillir que 13,3 millions de dollars de fonds disponibles, 0,37% de ce que nous espérions. Nous avons pu commettre des erreurs mais que personne ne se trompe : la raison fondamentale de cet échec est que le monde est une grande hypocrisie » a déclaré le président équatorien.

    Mécontentement des organisations indigènes et environnementales

    Du côté des indigènes et de défenseurs de l’environnement comme Esperanza Martinez, présidente d’Action Ecologiste, l’analyse est bien différente. «Je crois que la faute absolue est celle du président de la République qui a donné des signaux contradictoires et a formé une commission qui n’a pas été à la hauteur de l’enjeu. Il s’est également trompé de stratégie en cherchant l’essentiel des fonds, non pas dans le grand public, chez les citoyens du monde, mais auprès d’entreprises souvent liées au secteur énergétique et dans des pays où les compagnies pétrolières ont une très forte influence » dénonce-t-elle.

    La Confédération des nationalités indigènes de l’Equateur a d’ores et déjà annoncé qu’elle se mobiliserait pour empêcher l’exploitation des gisements et souhaite l’organisation d’un référendum national sur le sujet.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.