GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Prison à vie pour un sergent américain coupable d’avoir massacré seize Afghans

    media Le sergent Robert Bales représenté lors du procès. REUTERS/Peter Millet

    Le sergent Robert Bales, 40 ans, a été condamné hier, vendredi 23 août, par un jury militaire à la prison à vie sans possibilité de libération anticipée pour avoir massacré l’an dernier, de sang-froid seize villageois afghans.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Ce fut sans doute l’un des actes les plus atroces commis par un soldat américain en Afghanistan. Le 11 mars 2012 aux petites heures du matin, le sergent Bales quitte sa base dans la province de Kandahar, et armé d’un pistolet 9 mm et d’un fusil, se rend dans un village voisin où il va tuer, de sang-froid, seize civils afgans, en majorité des femmes et des enfants.

    Un geste qu'il n’a pas pu expliquer lors du procès, même s’il a finalement présenté des excuses jeudi. Le procureur l’a accusé d’être un homme sans moralité. Son avocate a plaidé le stress de la guerre : Bales a été affecté quatre fois en Afghanistan. Il avait aussi des difficultés personnelles, il était en retard dans le paiement d’une hypothèque immobilière, il s’inquietait des dépenses de sa femme, et il n’avait pas reçu la promotion qu’il attendait. Des raisons qui, aux yeux des jurés, n’étaient pas des circonstances atténuantes.

    Les familles des victimes en colère

    Après moins de deux heures seulement de délibération, le jury a conclu a l’entière culpabilité du soldat. Comme celui-ci avait plaidé coupable, afin d’échapper à la peine de mort, il a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération anticipée. Toutefois, un officier supérieur peut changer la sentence de la cour martiale et en atténuer la rigueur, offrant la possibilité d’une libération conditionnelle.

    Pour les familles des victimes dont beaucoup avaient fait le voyage pour suivre le procès, justice n’a pas été faite. Elles réclamaient la peine de mort. L’un des parents a demandé : « Comment vous, Américains, auriez-vous réagi si quelqu’un avait pénétré chez vous en pleine nuit, avait tué onze des vôtres et essayé de brûler leurs corps ? »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.