GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Barack Obama sur Martin Luther King: «Des mots éternels au pouvoir prophétique»

    media Barack Obama, le 28 août 2013 au Capitole, au Lincolm Memorial à Washington. REUTERS/Jason Reed

    Cinquante ans après Martin Luther King, le président des Etats-Unis, Barack Obama, s'est exprimé au même endroit, sur les marches du Lincoln Memorial à Washington, ce mercredi 28 août 2013. Sous la statue de son modèle politique Abraham Lincoln, qu'il a mentionné dans son discours, le premier président métis des Etats-Unis, dont le père était Africain et dont la femme est Afro-Américaine, a salué la mémoire des marcheurs qui ont ouvert la voie au changement en Amérique, jusqu'à la Maison Blanche.

    Plus qu'un hommage au mouvement des droits civiques : un véritable état des lieux de la lutte pour les droits des minorités en Amérique, femmes et homosexuels inclus. En ce jour anniversaire, devant des dizaines de milliers de personnes au moins, Barack Obama a fait l'inventaire du chemin parcouru par son pays depuis le célèbre discours de Martin Luther King, le 28 août 1963, et de ce qu'il lui reste à accomplir à l'aune de l'héritage laissé par la marche sur Washington, cette « œuvre inachevée ».

    « Minimiser la portée de ce progrès, suggérer comme certains le font parfois que rien n'a changé, c'est déshonorer le courage, le sacrifice de ceux qui ont payé pour manifester au cours de ces années. (Mais) nous ne ferions pas honneur à ces héros en affirmant que le travail de notre pays est fini. La trajectoire de l'univers moral se rapproche peut-être de la justice, mais elle ne se rapproche pas toute seule. »

    En somme, le souvenir d'une Amérique révolue, raciste et discriminante, où les Noirs donnaient leur sang pour la nation mais ne pouvaient même pas voter, et où le président Kennedy, son frère Robert, et Martin Luther King lui-même ont été assassinés, ne doit pas occulter la réalité d'aujourd'hui : le chômage, les inégalités toujours criantes (justice, éducation), les Etats qui tentent d'imposer des lois restreignant le droit de vote des minorités.

    Barack Obama, le 28 août 2013 devant le Lincolm Memorial. REUTERS/Kevin Lamarque

    Dans ce discours, Barack Obama a souligné que « pour conforter les acquis de ce pays, il faut de la vigilance, pas de la complaisance. Que ce soit pour lutter contre ceux qui érigent de nouvelles barrières au vote ou faire en sorte que la justice fonctionne de manière équitable pour tout le monde (...) et ne soit pas simplement un tunnel entre écoles sous-financées et prisons surpeuplées, il faut de la vigilance. »

    Un mot-clé dans ces paroles présidentielles, dont les accents de campagne et les figures de style s'inspiraient pour partie du lègue du pasteur d'Atlanta et des pères fondateurs : le « courage », celui des marcheurs anonymes de 1963, collectivement et individuellement.

    « Parce qu'ils ont marché, des conseils municipaux ont changé, des Parlements d'Etat ont changé, le Congrès a changé, et oui, en fin de compte, la Maison Blanche a changé. » Concernant ceux qui ont perdu la vie au nom de leur combat, le président a assuré qu'ils n'étaient « pas morts en vain ».

    Les mots de Martin Luther King, considère Barack Obama, « sont éternels, possèdent un pouvoir et un caractère prophétique sans équivalent à notre époque ». Et d'ajouter : « Les promesses de ce pays ne seront tenues que si nous travaillons de concert. (...) Il va nous falloir souffler sur les braises de l'empathie et de la fraternité, la coalition des consciences qui s'est exprimée ici il y a 50 ans. »

    Dans le sillage de deux anciens présidents, Jimmy Carter et Bill Clinton, qui se sont exprimés ce mercredi, Barack Obama aura tenté de souffler lui aussi sur ces braises, scandant : « Ô Etats-Unis, je sais que le chemin sera long, mais nous pouvons y arriver (...) c'est ainsi que lorsque quelqu'un hésite, quelqu'un d'autre l'entraîne et lui dit : en avant, marchons ! »

    Peut-être que nous ne réunirons plus cette foule qui enflait et cette éblouissante procession de cette journée lointaine. Personne ne peut égaler le talent de King. Mais la flamme qui brûlait chez tous ceux qui étaient prêts à faire ce pas vers la justice, elle, perdure.

    Barack Obama

    Président des Etats-Unis

    28/08/2013 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.