GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Rentrée scolaire reportée d'un mois en Haïti

    media L'argent alloué au Carnaval des fleurs organisé fin juillet-début août à Port-au-Prince a fait grincer des dents l'opposition au président Martelly AFP/Thony Belizaire

    En Haïti, l'année scolaire aurait dû reprendre ce lundi mais la rentrée a été repoussée au 1e octobre. Ceci, selon les autorités, à cause des difficultés économiques, et c'est un report qui devient habituel dans le pays. Mais cela offre à l'opposition un nouvel argument de critique contre le gouvernement.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    L'annonce du ministère haïtien de l'Education n'a surpris personne et pour cause : cela fait désormais trois années consécutives que l'année scolaire débute avec un mois de retard. Officiellement, c'est parce que cette année certains manuels ne seraient pas encore disponibles que les écoliers devront attendre le 1e octobre pour retrouver les salles de classe.

    Le ministre de l'Education explique aussi ce report par le passage de la tempête tropicale Chantal en pleine semaine d'examen, en juillet, ce qui a retardé d'autant la publication des résultats du baccalauréat.

    Mais les opposants au pouvoir en place dénoncent un manque de planification voire de l'improvisation de la part du gouvernement alors que l'éducation a été placée au rang de priorité nationale par le président Michel Martelly. Beaucoup dans l'opposition se plaisent par ailleurs à rappeler qu'il n'y avait eu aucun report ou difficulté à organiser le Carnaval des fleurs fin juillet-début août : trois jours de festivités pour lesquelles l'Etat avait dépensé 400 000 euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.