GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Chili: les juges demandent pardon pour leur passivité pendant la dictature militaire

    media Le président Salvador Allende (droite) aux côtés d'Augusto Pinochet, commandant en chef des forces armées. ©Reuters.

    Au Chili, les actes de repentance se multiplient à une semaine de la commémoration des 40 ans du coup d’Etat de Pinochet du 11 septembre 1973. Ce mercredi 4 septembre, alors que les nostalgiques de Salvador Allende, mort (officiellement un suicide) pendant le coup d’Etat, célébraient les 43 ans de son élection (le 4 septembre 1970, avec 36,6% des voix), la justice a fait son mea culpa. Un groupe de magistrats a demandé «pardon» pour ses «actions et omissions» pendant la dictature.

    Avec notre correspondante à Santiago du Chili, Laurie Fachaux

    «Il est impossible d’éluder notre responsabilité historique par rapport à la violation des droits de l’homme». C’est la première fois en quarante ans que des magistrats reconnaissent les erreurs de la justice chilienne, et surtout de la Cour Suprême qui n’a pas su «protéger les citoyens».

    Ces excuses viennent juste après d’autres mea culpa, politiques cette fois. Le premier à s’être jeté à l’eau, c’est Hernan Larraín, un sénateur de droite, qui a demandé pardon pour «ne pas avoir participé à la réconciliation nationale». Puis le président de centre-droit, Sebastian Piñera, a créé la surprise samedi dernier en affirmant que des complices passifs pendant les 17 ans de dictature « savaient et n’ont rien fait ou n’ont pas voulu savoir ». Face à ces déclarations, le malaise de la candidate de droite à l’élection présidentielle, qui a lieu dans deux mois. Evelyn Matthei avait voté « oui » au plébiscite pour Pinochet en 1988.

    Aujourd’hui, 1 400 procès pour violations des droits de l’Homme sont encore en cours, tandis que des milliers d’autres cas ne sont pas traités par la justice. Au moins 3 200 personnes sont mortes pendant les 17 ans de dictature militaire au Chili. Alors, plus que jamais, à 40 ans du coup d’Etat, ni oubli ni pardon, une grande partie du peuple chilien réclame justice.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.