GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Assassinat du père Hamel: le deuxième tueur identifié, fiché "S" depuis le 29 juin
    • Barack Obama: «Nous mènerons Hillary à la victoire»
    Amériques

    Mexique: assassinat de deux députés de gauche

    media

    Malgré les promesses du nouveau président Enrique Peña Nieto de renforcer la justice et de mettre fin aux abus de la police au Mexique, la liste des militants politiques assassinés s’allonge. En 48 heures, deux députés de gauche appartenant au PRD, le Parti révolutionnaire démocratique, ont été tués.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrice Gouy

    Le député Everardo Hernández était le président de la Commission de développement sociale de l’État de Oaxaca. Il a été assassiné devant son domicile, de deux balles dans la tête. Il était l’un des leaders des maîtres d’école qui manifestent actuellement contre la réforme éducative à Mexico.

    Le député du Michoacán, Oswaldo Lucatero, a été lui tué à coups de machette par quatre individus alors qu'il donnait une interview à un journaliste. Ce député dénonçait haut et fort la gravité de la situation dans les terres chaudes du Michoacán. Il avait déjà reçu des menaces et avait été arrêté injustement sur ordre du gouverneur, accusé d’être un informateur des cartels de la drogue.

    La répression s’exerce silencieusement dans tout le pays

    En trois ans, 165 crimes politiques ont été commis dans le seul État d’Oaxaca. Le réseau des ONG qui défendent les droits de l’homme, dénonce la criminalisation des protestations sociales, les actes d’autoritarisme de la police et de la justice et la disqualification systématique des militants politiques, sociaux et écologiques de la part du gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.