GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Mai
Dimanche 21 Mai
Lundi 22 Mai
Mardi 23 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au moins une forte explosion s'est produite ce mercredi à un terminal de bus vers 21h (heure locale) dans l'est de la capitale indonésienne, dans le quartier de Kampung Melayu. Les images diffusées par la chaîne d'info en continu Metro TV font état de plusieurs victimes dont 3 morts.

    Amériques

    Les premiers couacs du site internet de l'Obamacare

    media

    La réforme américaine de la santé, connue sous le nom d'Obamacare, a pour but de généraliser l'assurance maladie dans un pays qui ne connaît pas le système de mutuelles. Près de 7 millions de non-assurés sont concernés dès cette année. Mardi donc, en plein shutdown de l'administration Obama, alors que l'Etat fédéral fermait ses sites pour chômage technique, la Maison Blanche, de son côté, lançait sa plateforme de l'Obamacare.

    Cyril Peter

    Le lancement de la réforme suscite l'engouement aux Etats-Unis. A tel point que le site internet mis en ligne mardi a été pris d'assaut. Le premier jour d'enregistrement, la plate-forme de l'Etat fédéral a été visitée par près de 3 millions d'Américains. Mais attention, ce chiffre ne prend pas en compte les États qui disposent de leurs propres sites internet. Le portail de l'État de New York, par exemple, a enregistré à lui seul plus de 10 millions de tentatives de connexions. Beaucoup d'internautes ont rencontré des messages d'erreur. Le site de l'Etat de New-York a reçu 2 millions de visites dans les deux premières heures. Les responsables du site ont «encouragé» les utilisateurs à réessayer plus tard.

    Obamacare, un site internet né dans la précipitation

    La première impression, c'est que l'Obamacare a été préparée un peu dans la précipitation. La version espagnole du site internet était en effet indisponible pendant les premières heures. Le problème est désormais réglé. Les hispanophones font partie des premiers concernés. Et si la réforme s'adresse essentiellement aux Américains les plus pauvres, parmi eux, on trouve des immigrés qui ne parlent pas très bien anglais, comme certains latinos.

    L'inscription se fait en quatre étapes. On ouvre tout d'abord un compte. Puis, pour un particulier, il s'agit d'indiquer ses revenus, sa situation familiale, professionnelle. Le patron de petite entreprise lui devra dire combien il a d'employés. Ensuite, troisième étape, on choisit le type de contrat d'assurance. Enfin, dernière étape, on valide.

    Une inscription via internet obligatoire

    Les candidats ont ensuite trois possibilités. Première option, les candidats aux revenus très faibles ont droit à une couverture universelle gratuite, offerte par l'État. Deuxième option, ceux qui ont des revenus un peu plus élevés peuvent souscrire une assurance privée pour un prix défiant toute concurrence, grâce à l'aide de l'Etat. Enfin, ceux qui ont des revenus jugés suffisants doivent s'inscrire auprès d'une assurance privée classique.

    La particularité de cette réforme, enfin, c'est que pour s'inscrire, il faut avoir internet. Cela peut poser problème quand on sait que la réforme concerne les plus pauvres, et notamment les sans-domicile fixe. Mais l'administration Obama a déjà anticipé. Le gouvernement fédéral va dépenser 50 millions d'euros pour former ceux qui ont l'habitude de travailler avec ce public. Les travailleurs sociaux ou encore les hôpitaux sont les mieux placés pour inciter les non-assurés à s'inscrire.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.