GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Londres va suspendre l'attribution à Ryad de nouveaux contrats de ventes d'armes pouvant être utilisées au Yémen (ministre)
    • Foot: la Secrétaire générale de la FIFA va jouer le rôle de "déléguée générale pour l'Afrique" durant 6 mois à la demande de la CAF
    • Syrie: quatorze civils ont été tués, dont deux secouristes, dans des frappes du régime (ONG)
    • Nucléaire-EPR de Flamanville: les réparations ne pourront pas être faites avant fin 2022 (ASN)
    • Turquie-procès du putsch manqué en 2016: vingt-quatre condamnations à la prison à vie (agence)
    • Arabie: une usine de dessalement a été visée par une attaque des rebelles yéménites (coalition)
    • Intempéries: à Toulouse, le métro et le train sont perturbés après de violents orages nocturnes
    • Syrie: d'après l'OSDH, plus de 100 combattants (soldats syriens et jihadistes) ont été tués en deux jours dans la région d'Idleb
    • Drone américain abattu: les frontières sont «notre ligne rouge», dit un général iranien
    • Décès de Morsi: l'Egypte dénonce les accusations «irresponsables» de la Turquie
    Amériques

    Politiquement, le «shutdown» profite à Obama

    media Barack Obama, lors d'une intervention devant la presse le 3 octobre, accuse les républicains de mettre en péril l'économie américaine. REUTERS/Jason Reed

    Le « shutdown » a contraint Barack Obama à annuler sa tournée en Asie, où il devait participer au sommet Asie-Pacifique. Pour la quatrième journée consécutive, les services fédéraux sont bloqués aux Etats-Unis, avec des centaines de milliers de fonctionnaires au chômage technique. Aucun compromis n’est en vue entre démocrates et républicains. La position ferme des républicains pourrait leur coûter cher aux prochaines élections.

    Une quatrième journée de « shutdown » se profile aux Etats-Unis. La cessation des activités des services fédéraux concerne près de 800 000 personnes, qui sont au chômage technique depuis mardi. Pour le moment, aucune issue ne semble envisageable dans la discussion qui se joue entre républicains et démocrates, qui ne parviennent pas à trouver un terrain d’entente propre à sortir le pays de cette impasse budgétaire. La situation commence à irriter une partie du camp républicain, qui critique de plus en plus l’aile la plus conservatrice du parti. Ceux-là même, justement, qui bloquent toute tentative pour trouver une issue à cette impasse.

    Les « jeunes loups » républicains critiqués

    Les anciens cadres du parti montent au créneau et dénoncent les « jeunes loups » républicains qui, selon eux, font le jeu du président américain. L'indice de popularité de Barack Obama était en effet en chute depuis quelque temps, et cette crise budgétaire est en train de le relancer dans les sondages. Le blocage risque de coûter cher aux républicains aux élections de mi-mandat, prévues pour l'automne 2014.

    A (re)lire: Barack Obama au sujet du blocage budgétaire: « Je suis exaspéré »

    Ces élections permettent de renouveler l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants, ainsi qu’un tiers des 100 sièges du Sénat américain. Les républicains pourraient perdre leur majorité à la Chambre des représentants, ce qui serait une catastrophe selon les anciens cadres du parti.

    Les républicains jouent leur majorité à la Chambre des représentants

    Les démocrates bénéficieraient alors d'une majorité à la fois au Sénat, mais également dans cette fameuse Chambre des représentants. Même John Boehner, le président de la Chambre des représentants, commence à se poser des questions, puisqu'il pourrait perdre son poste en cas de défaite républicaine. John Boehner est l'homme sur lequel reposent les espoirs d'une issue à cette crise budgétaire et qui, pour l'instant, ferme la porte à toute négociation avec les démocrates tant que ces derniers ne reviennent pas sur la réforme du système de santé, le fameux « Obamacare » entré en vigueur mardi dernier.

    A (re)lire: L'Etat fédéral américain au chômage technique

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.