«Shutdown» : le Pentagone va réintégrer la plupart des civils - Amériques - RFI

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Autour de la question
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
fermer

Amériques

Barack Obama Crise économique Défense Etats-Unis Finances

«Shutdown» : le Pentagone va réintégrer la plupart des civils

media

Le shutdown continue aux Etats-Unis pour le sixième jour consécutif. Faute d'un accord sur le budget au Congrès entre démocrates et républicains, le gouvernement a dû suspendre une partie de ses activités. Face à la situation, les élus ont pris samedi 5 octobre des mesures pragmatiques pour calmer les tensions : le Pentagone va réintégrer 400 000 travailleurs civils, en chômage technique depuis mardi et les salaires seront versés de manière rétroactive. 

Le vote était unanime, les 407 élus se sont prononcés pour le paiement des salaires une fois la crise terminée. Il n'en fallait pas plus pour que Chuck Hagel, secrétaire à la Défense, l'interprète comme un feu vert pour réintégrer une partie du personnel civil du Pentagone.

Ainsi, les employés de la Défense qui travaillent dans la santé, les programmes sociaux, l'intendance ou encore la maintenance, reprendront leur activité dès demain, lundi. Ils représentent près de la moitié de l'ensemble des fonctionnaires américains mis à pied.

Les autorités ont sans doute été sensibles à la pression des industriels de la Défense, qui menaçaient samedi de mettre au chômage technique des milliers de travailleurs. Le Pentagone a annoncé que toutes les inspections reprendraient. Les constructeurs pourront donc poursuivre leurs productions.

Ailleurs le «shutdown» continue

Les autres fonctionnaires n'ont toujours pas le droit de travailler, sous peine de lourdes sanctions. Quatre cents parcs nationaux et musées restent fermés. Les bureaux de statistiques ne produisent rien. Selon la banque Goldman Sachs, la fermeture des services publics non essentiels coûterait environ 6 milliards d'euros par semaine à l'économie américaine.

→ A (RE) LIRE : Mur budgétaire: combien coûte le blocage aux Etats-Unis ? 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.