GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    «Shutdown»: semaine décisive pour le relèvement de la dette américaine

    media

    Le Congrès américain a trois jours pour éviter la faillite de l'Etat fédéral américain. En coulisse, les tractations continuent et Barack Obama met tout son poids dans la balance. Mais les Américains s'impatientent, et les conséquences du « shutdown » commencent à se faire sentir. Ce lundi 14 octobre marque le début d'une semaine décisive à Washington, aussi bien pour les Etats-Unis que pour l'économie mondiale.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    En septembre, personne ne croyait à une fermeture des services publics. Quant à un défaut de paiement de la dette, il était considéré à Washington comme un tabou absolu. Or, non seulement les fonctionnaires sont au chômage depuis deux semaines, mais il ne reste que trois jours pour relever le plafond de la dette. Faute de quoi, prédit le Fonds monétaire international (FMI), l’économie mondiale risque d’entrer en récession.

     → A (RE)LIRE : Situation toujours bloquée sur le relèvement du plafond de la dette

    Devant l’urgence et l’échec des négociations entre la Chambre des représentants et la Maison Blanche, le Sénat américain a pris le relais. Les discussions à la Chambre haute n’ont pas permis ce week-end d’aboutir à un texte consensuel, mais les débats ont été constructifs. C'est du moins ce que répétaient à l’envi les sénateurs, dimanche 13 octobre dans la soirée. Comme pour s’en persuader.

    Techniquement, la résolution de la crise dans les délais est encore possible. Si les sénateurs trouvent ce lundi, ou mardi, un accord sur la dette et le financement des services publics, ce texte peut être présenté dans la foulée à la Chambre des représentants. A elle de l’approuver dans les mêmes termes avant jeudi. Pour cela, le président de la Chambre doit accepter de soumettre le texte aux élus, et surtout les élus du Parti républicain, qui sont majoritaires, doivent le voter. Le chemin existe, mais il est étroit.

    Chute record de popularité pour les républicains

    Concrètement, la situation est donc toujours bloquée et les Américains s’impatientent. Car le « shutdown » a de nombreuses conséquences tout aussi concrètes. A titre d'exemple, les permis de pêche ne sont plus délivrés alors que la saison du crabe commence. Résultat : des dizaines de petites entreprises sont menacées de faillite. Autre exemple : les pensions des vétérans, payées tous les 15 jours, ne seront pas versées cette semaine, et ce sont autant des familles dans la détresse.

    On ne compte plus les manifestations organisées à travers le pays pour demander la réouverture des services de l’Etat fédéral. La population montre d'ailleurs sa frustration dans les sondages : la responsabilité de la crise est imputée aux républicains. Leur côte de popularité chute d’une manière vertigineuse : 24% d’opinions favorables seulement. Cela n’était jamais arrivé depuis que les instituts publient des études.

    Barack Obama à la manœuvre

    Le président des Etats-Unis tente de mettre à profit la situation : il a tenu des conférences téléphoniques avec 150 chefs d’entreprise, parmi les plus importants du pays, et surtout des capitaines d’industrie traditionnellement proches du camp adverse.

    Certains ne cachent plus leur mécontentement à l’égard d’élus dont ils ont financé la campagne, et demandent publiquement une réouverture des services de l’Etat et un relèvement du plafond de la dette.

    → A (RE)LIRE : Mur budgétaire: combien coûte le blocage aux Etats-Unis ?

    Idem avec les gouverneurs, que le président appelle les uns après les autres. Cinq d’entre eux, parmi lesquels trois républicains, ont décidé de financer la réouverture immédiate des parcs nationaux de leur juridiction et d'avancer ainsi les salaires des fonctionnaires.

    Les gouverneurs des Etats concernés ont en fait trouvé un accord avec l'Etat fédéral pour financer cette réouverture, que ce soit avec l'aide de fonds privés ou sur leurs propres deniers. Le Colorado a montré la voie, en décidant vendredi dernier de rouvrir le parc national des Montagnes rocheuses. Il faut dire qu'en octobre, c'est la pleine saison touristique. Pas moins de 18 000 visiteurs se pressent chaque jour sur le site.

    Coût du « shutdown » : 750 millions de dollars

    Des accords ont ensuite été conclus à New York pour la réouverture la Statue de la Liberté, dans le Colorado pour le Grand Canyon ou encore dans le Dakota du Sud, pour le Mont Rushmore, où les visages des présidents Lincoln, Wahshington, Roosvelt et Jefferson sont sculptés dans le granit.

    Plus qu'emblématique, la fermeture des parcs et des musées américains représentent un manque à gagner considérable pour tout le secteur du tourisme : pour les institutions bien sûr, mais aussi pour les infrastructures privées qui vivent de ces parcs (hôtels et restaurants en tête). Selon les premières estimations, le « shutdown » aurait coûté quelque 750 millions de dollars en une dizaine de jours.

    A Washington, on voit avec effroi une nouvelle crise économique arriver.

    Dans certains endroits, on perd entre 30 et 70 millions de dollars chaque jour parce que les parcs nationaux sont fermés. Vous pouvez imaginer qu'avec 300 millions de visiteurs par an, l'impact est important. Les nombreux petits commerces autour des parcs nationaux sont dépendants de ces visiteurs. Et pour beaucoup de parcs, c'est la haute saison
    Theresa Pierno, présidente de l'association pour la conservation des parcs nationaux, évoque les conséquences «dévastatrices» du «shutdown» sur l'économie locale 12/10/2013 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.