GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti: arrestation suspecte de l’avocat André Michel

    media Maître André Michel. (Photo: capture d'écran d'une interview réalisée par Palecho Breaking News Haïti). youtube.com

    Mardi 22 octobre dans la soirée, à Port-au-Prince, l'avocat André Michel, connu pour son opposition au pouvoir en place, a été arrêté. Et cela ne s'est pas passé en douceur. Il a passé la nuit en détention. Que s'est-il passé exactement ?

    De notre correspondante à Port-au-Prince

    En fin d'après-midi, mardi, l’avocat circulait, comme c'est souvent son habitude, sur la route nationale à l'entrée ouest de l'aire métropolitaine et son véhicule a été arrêté dans le quartier populaire de Martissant, au niveau du commissariat de la zone. Les policiers ont alors indiqué à André Michel qu'il était en état d'arrestation.

    Mais l'avocat n'est pas descendu de sa voiture, précisant que la loi est claire à ce sujet : après 18h, aucune arrestation ne peut être effectuée sauf en cas de flagrant délit, ce qui n'était pas le cas. Depuis son 4x4, André Michel a alors appelé ses collègues du barreau, les organisations de défense des droits de l'homme, des parlementaires, les médias.

    Il a enchainé les interviews radio, alors qu'autour de son véhicule, une petite foule de jeunes du quartier commençait à manifester son soutien à l'avocat contre le pouvoir.

    Un opposant farouche au président Michel Martelly

    On ne sait pas officiellement pour quel motif André Michel a été appréhendé. Il a officiellement contre lui un mandat d'amener dans une enquête concernant la mort, dans des circonstances douteuses, d'un étudiant en 2010. Mais le lien entre l'avocat et cette affaire n'a jamais été clairement établi.

    Beaucoup soupçonnent même qu'il ne s'agit que d'un dossier vide, monté de toutes pièces par le pouvoir en place pour décrédibiliser André Michel. Car de son côté, ce dernier est l’un des avocats qui accuse la première dame Sophia Martelly et le fils ainé du président Olivier Martelly de corruption et détournements de fonds publics.

    → A (RE)LIRE : La Revue de presse Amérique sur l'arrestation de l'avocat haïtien

    L’arrestation de cet avocat de l'opposition n'est donc pas anodine. Et c'est pour cela que la situation s'est envenimée rapidement. Pour disperser la manifestation qui accuse le pouvoir en place de virer à la dictature, les policiers ont usé de gaz lacrymogènes et ont tiré en l'air à balles réelles.

    Ce à quoi les habitants du quartier de Martissant ont répondu par des jets de pierres puis ont commencé à ériger des barricades. Les protestations se sont multipliées dans les différents quartiers pauvres de la capitale où le président Michel Martelly est aujourd'hui très peu populaire.

    Beaucoup de bruit après la nuit de détention

    Dès qu'André Michel a vu son véhicule immobilisé par la police mardi soir, les réactions ont été nombreuses. Des parlementaires se sont même déplacés sur place pour apporter leur soutien. Au commissariat, les organisations de défense des droits humains n'ont pas été autorisées à voir André Michel. Même ses avocats ont été tout d'abord interdits d'entrer.

    Les critiques sont donc nombreuses. Les voix s'élèvent contre une dérive dictatoriale du pouvoir, qui fait arrêter sans raison des opposants. Certains parlementaires de l'opposition n'hésitent pas à parler d'André Michel comme d'un prisonnier politique. Devant cette arrestation délicate, et donc illégale car réalisée en-dehors des horaires prescris par la Constitution, le président du Sénat a convoqué en urgence une séance extraordinaire pour ce mercredi matin.

    Pour le moment, face à cette avalanche de protestations, le gouvernement reste muet. Des manifestations sont à craindre ce mercredi dans les quartiers populaires de la capitale mais aussi dans la deuxième ville du pays, Cap-Haïtien.

    C'est donc un nouveau feuilleton politique qui débute en Haïti, un nouveau conflit qui va donner lieu à des échanges virulents entre le pouvoir et l'opposition. Mais il faut souligner que cette crise politique va encore renvoyer au second plan les problèmes de fond du pays : le logement, l'emploi, les conditions de vie désastreuses de la majorité pauvre de la population. Toutes ces problématiques structurelles de la société haïtienne ne sont pas questionnées aujourd'hui sur la scène publique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.