GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Espionnage: Paris et Berlin durcissent le ton face aux Etats-Unis

    media François Hollande et Angela Merkel se sont rencontrés en marge du sommet européen. REUTERS/Bundesregierung/Guido Bergmann

    L'affaire des écoutes de la NSA a largement dominé les discussions, jeudi 24 octobre au soir, à Bruxelles, lors du Conseil européen. Les Vingt-huit se contentent dans une déclaration finale de regretter les agissements de Washington, sans autre mesure. Seules la France et l'Allemagne se distinguent en lançant une initiative commune afin d'amener les Etats-Unis à adopter un code de bonne conduite en matière de renseignements.

    Les dirigeants français et allemand ont été les plus fermes dans leurs déclarations vis-à-vis des Etats-Unis. La France et l’Allemagne n’acceptent pas le comportement de la NSA et, pour ces deux pays, les Etats-Unis ont franchi des limites « inacceptables » en termes de surveillance et de renseignement.

    REUTERS/Kenzo Tribouillard
    François Hollande

    Président de la République

    25/10/2013 - par RFI Écouter

    Inacceptable, c’est le terme utilisé lors de sa conférence de presse par François Hollande. Les dernières révélations en date du Guardian n’ont pas servi à apaiser les débats, le journal britannique évoquant le chiffre de trente-cinq dirigeants écoutés par la NSA.

    François Hollande craint-il d’avoir été lui-même placé sur écoute ? « Non, je n’ai pas d’éléments d’informations, ça peut viser des dirigeants qui m’ont précédé, a-t-il expliqué. Le Guardian ne donne pas de noms donc je ne peux pas faire de commentaires. Mais ce qui est en cause, ce n’est pas de savoir si tel ou tel dirigeant a été éventuellement surveillé, c’est de savoir quelle était l’ampleur du système. Parce que ce système concerne des dirigeants, mais également des entreprises et des citoyens. On parle de millions et de millions de communications qui ont pu être surveillées. »

    La France et l’Allemagne ont lancé une initiative commune afin de parvenir à un code de bonne conduite avec les Etats-Unis en termes de renseignements. Cette initiative de dialogue devrait aboutir avant la fin de l’année. Aucune autre mesure n’est envisagée : ni le gel des négociations commerciales entamées cet été, ni la suspension des accords SWIFT sur les données bancaires.

    Il faut « clarifier la situation, explique François Hollande, mais pas question pour autant de mettre en péril nos relations avec les Etats-Unis ». Paris et Berlin ne veulent pas aller trop loin, d’ailleurs leur initiative n’a pas vraiment fait d’émules parmi leurs partenaires européens. Les autres dirigeants européens, dans la déclaration adoptée jeudi, se contentent de prendre acte de cette initiative et du fait que d’autres pays européens pourraient la rejoindre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.