GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Affaire Kennedy: les révélations des anciens de la commission Warren

    media Une plaque commémorative non loin du lieu où fut assassiné John Fitzgerald Kennedy en 1963 à Dallas. REUTERS/Jim Bourg

    Le 22 novembre 1963, John Fitgerald Kennedy était assassiné à Dallas par Lee Harvey Oswald. Plus de 2 000 ouvrages ont été publiés depuis, des centaines de thèses émises. On ne connaît toujours pas la vérité. La seule chose qui semble faire consensus est que la commission Warren, qui devait enquêter sur l'assassinat, n’a pas fait son travail, ou n’a pas eu les moyens de le faire. Philip Shenon, grand reporter au New York Times a retrouvé 13 juristes juniors de cette commission. Ils étaient à l’époque chargés d’enquêter sous les ordres des personnalités qui siègeaient à la commission. Il raconte.
     

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    Ces juristes, juniors à l'époque, souhaitent parler 50 ans après pour soulager leur conscience. Certains documents leur on été cachés, affirment-ils.

    La lettre de J-Edgard Hoover

    C'est le cas d'une lettre du patron du FBI de l'époque, le fameux J.Edgard Hoover. Pourtant, comme le rappelle Philip Shenon, « la plupart de ces juristes pensent qu’ils ont bien travaillé. Ils sont très perturbés en découvrant tant de documents qui leur ont été cachés toutes ces années par la CIA et le FBI surtout ». Alors en quoi cette lettre est-elle intéressante ? Elle l'est parce que le patron du FBI « rapporte que le FBI savait que quand Oswald était à Mexico, il s’est rendu dans une ambassade communiste, sans doute celle de Cuba, pour dire qu’il avait l’intention de tuer Kennedy », explique le journaliste.

    Cela signifie donc que les gens savaient depuis des semaines, que ce jeune homme parlait de tuer Kennedy. Et le reporter du New-York Times d'affirmer que « si les membres de la commission avaient vu cette lettre, ils auraient posé un million de questions au Mexique. Je peux vous dire que ce document n’est pas dans le dossier de la commission Warren. Il est ressorti dans un dossier de la CIA ».

    Une vérité introuvable

    Trop de preuves ont été détruites, la vérité sur cet assassinat ne sera peut-être jamais connue. C'est ce que pense en résumé l'enquêteur. Les raisons sont multiples. « Beaucoup des gens qui ont les réponses sont morts, et la plupart des preuves les plus importantes, sur l’assassinat, sur Oswald, ont été détruites ou ont disparues. »

    Le journaliste juge pourtant qu'il y aura plus de réponses, car il reste des survivants à Mexico « qui ont eu affaire à Oswald quand il s’y est rendu. Et ce sont des gens que le FBI et la CIA ont ignorés. Et il y a plus de 10 000 documents toujours secrets, dans les archives, sur l’assassinat de Kennedy. Je ne sais pas pourquoi !»

    Pour lui, il s'agit peut-être de protéger « des gens, toujours vivants, qui ont pu être en relation avec la CIA voilà des années, et ils pourraient être en danger si leur nom sortait maintenant. Mais je ne sais pas si c’est une explication... »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.