GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti : manifestations contre le président Martelly et son allié américain

    media A Haïti, l'opposition manifeste de nouveau contre le président Martelly et contre son allié américain, Port-au-Prince, le 29 novembre 2013. AFP PHOTO/Louis-Joseph Olivier

    La grogne monte en Haïti, et les manifestations de l'opposition se multiplient. Des milliers de partisans de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide ont, le 29 novembre, à nouveau, gagné les rues pour réclamer le départ de l'actuel chef de l'Etat Michel Martelly. La colère des manifestants était aussi dirigée contre les Etats-Unis, accusés d'être ceux qui contrôlent le pouvoir dans le pays.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    La date de cette nouvelle manifestation n'a pas été choisie au hasard. C'est le jour où, un an après le départ de Duvalier, des macoutes ont ouvert le feu sur les citoyens rassemblés dans un bureau de vote à Port-au-Prince. Un symbole fort pour Baptiste Jonel : « Le 29 novembre 1987, il y a eu un massacre alors que le peuple allait s'exprimer pour la première fois après la dictature. Nous demandons justice pour eux et aussi nous sommes là contre le pouvoir actuel du pays qui est retourné à la dictature ».

    A (RE)LIRE : Haïti: manifestation record de 10 000 opposants au président Martelly

    Et la colère vise cette fois aussi les Etats-Unis dont l'ingérence exaspère les manifestants. Assad Volcy, attaché de presse de l'ancien président Aristide, déclare :

    « Nous disons non à cette occupation. C'est seulement avec une note de l'ambassade américaine que Michel Martelly est arrivé au pouvoir. Aujourd'hui le peuple haïtien a dit non. Nous allons directement vers l'ambassade américaine et nous espérons que cette fois-ci, ils vont écouter la voix du peuple pour que définitivement ils prennent une décision pour délivrer le pays ».

    Mais toutes les voies d'accès à l'ambassade américaine étaient barrées par la police haïtienne. A 600 mètres du bâtiment, les officiers ont violemment dispersé la manifestation, avec nombre de grenades lacrymogènes et de tirs à balles réelles.

    A (RE)LIRE : Haïti: des centaines de partisans manifestent leur hostilité envers le président Martelly

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.