GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Le dangereux tourisme de l'Antarctique

    media Une passagère du navire Akademik Shokalskyi bloqué dans les glaces de l'Antarctique, le 29 décembre 2013. REUTERS/Andrew Peacock

    Avec le réchauffement du climat, le continent antarctique devient plus facilement accessible, depuis l'extrême sud du Chili notamment. Les bateaux de croisière y ont transporté quelque 35.000 touristes en 2013. Mais l'Antarctique est un désert glacé, et l'océan qui l'entoure peut s'avérer dangereux. On se souvient qu'à la veille de Noël, un navire russe est resté coincé par les glaces de l'océan antarctique avec 52 touristes à bord, et l'aventure ne s'est vraiment terminée que cette semaine.

    Si le continent antarctique est devenu plus accessible, il n'en reste pas moins dangereux.
    Les 52 touristes du bateau russe Akademik Shokalskyi, coincé dans la glace le 24 décembre, ont seulement pu être évacués par hélicoptère le 2 janvier. Ils peuvent témoigner des conditions météo qui ont rendu ce sauvetage très périlleux.

    → à (re)lire : Enfin libérés des glaces de l'Antarctique

    Le bateau français l'Astrolabe et deux brise-glaces, un australien et un chinois, s'étaient alors déroutés pour venir en aide au navire russe, et le brise-glace chinois, le Xue Long, Dragon des Neiges, est à son tour resté bloqué dans la glace jusqu'au 8 janvier.
    Ce sauvetage a donc coûté très cher et la question se pose aujourd'hui de savoir « qui va payer ».

    à (ré)écouter : Akademik Shokalskyi, après le sauvetage, la polémique

    Un Code polaire en préparation

    Car ce phénomène touristique est récent ; et le Traité sur l'Antarctique, signé en 1959 et entré en vigueur en 1961, n'en fait pas mention. Depuis, deux textes contraignants sur le sujet ont été votés par le comité consultatif. Le premier, voté en 2004, impose aux opérateurs touristiques de couvrir les frais des opérations de sauvetage. Le second, de 2009, interdit aux bateaux transportant plus de 500 passagers, de les débarquer.

    Mais aujourd'hui, faute de ratification par la majorité des pays signataires, aucun n'est encore entré en vigueur. De son côté, l'Organisation maritime internationale travaille sur un Code polaire qui définit les normes de sécurité des navires naviguant dans ces régions. Ce code polaire devrait être adopté cette année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.