GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Au Maryland, la SNCF prise pour cible pour son rôle dans la Shoah

    media Déportation de juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Source: United States Holocaust Memorial Museum

    Deux élus de l’Etat du Maryland, sur la côte Est des Etats-Unis, demandent à ce que la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) soit écartée d’un appel d’offre pour la construction d’une ligne ferroviaire en raison du rôle joué par la compagnie dans la déportation des juifs lors de la Seconde Guerre mondiale. La SNCF a en effet transporté 75 000 personnes vers les camps d’extermination organisés par les nazis. Les deux sénateurs vont même plus loin, ils estiment que la société ferroviaire française publique ne doit pas être autorisée à participer à des appels d’offres aux Etats-Unis tant qu’elle n’aura pas indemnisé les victimes.

    La société Keolis, filiale de la SNCF, est en compétition dans l’Etat du Maryland pour la construction d’une ligne de chemin de fer. L’enjeu est un contrat de 6 milliards de dollars sur 35 ans, à partir de l’an prochain. Un ancien déporté, Leo Bretholz, a lancé une pétition contre la compagnie française. Il a été suivi par deux sénateurs du Maryland, l’Etat dans lequel il vit désormais.

    « Nous ne pouvons pas admettre que la SNCF soit autorisée à poser sa candidature, écrit M. Bretholz dans un communiqué, alors que cette compagnie refuse d’assumer ses responsabilités, et d’indemniser les victimes ». Un combat que Leo Bretholz mène depuis des années.

    « Ce n'est qu'une question d'argent »

    « Ils devraient faire une déclaration comme celle-ci, lançait Leo Bretholz en 2011: "Nous avons vraiment mal agi, et nous avons aidé les nazis à envoyer des gens à la mort !" Ils ont gagné de l’argent en nous envoyant dans les camps de la mort, et maintenant ils veulent gagner de l’argent avec ce train. Ce n’est qu’une question d’argent ».

    Ce n’est pas la première fois que la SNCF est ainsi montrée du doigt aux Etats-Unis ; c'est le cas à New York, en Californie, en Floride. Les actions en justice ne sont pas toutes éteintes. La société a pourtant versé toutes ses archives de la guerre 39-45 au musée américain de l’Holocauste. Et le président de la société nationale française a exprimé ses regrets voilà bientôt quinze ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.