GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Autriche: l'Intérieur, la Défense et la diplomatie à l'extrême droite (Strache)
    • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
    Economie

    La Silicon Valley, toujours au cœur de l'innovation

    media Le quartier général de Google, à Montain View, dans la Silicon Valley. AFP PHOTO/Nicholas KAMM

    François Hollande est aujourd'hui en visite à San Francisco. Le président français doit déjeuner avec les dirigeants des géants du web comme Mozilla, Twitter, Facebook ou encore Google pour redorer le blason de la France au pays de l’innovation. Une quarantaine d’années après sa création, la Silicon Valley reste à la pointe des nouvelles technologies.

    Dominique Piotet, un des 60 000 Français installés à San Francisco, a fondé Rebellion Lab, un cabinet de conseil en stratégie digitale. Il estime que la Silicon Valley a plutôt bien surmonté la crise : « Il suffit de regarder les chiffres incroyables d'Apple, Facebook, Google et Twitter. Ils font à la fois des chiffres d'affaires importants et ils ont réussi leurs entrées en bourses respectives. Certes ils ont eu quelques difficultés, mais l'économie va très bien, je pense qu'il y a de quoi rendre jaloux un certain nombre d'autres régions des États-Unis, voire même d'autres pays comme la France » explique t-il à Charlotte Stiévenard, correspondante de RFI à San Francisco.

    Facebook a fait une entrée en bourse difficile en 2012. L'action n'a pas eu le succès espéré, jusqu'à ce que Mark Zuckerberg, son patron, rassure en insistant sur la rentabilité de la publicité sur la version mobile du réseau. Dernièrement, les actionnaires de Twitter ont à nouveau montré leur manque de confiance dans la rentabilité des réseaux sociaux. En une nuit, le titre a plongé de 25 % à Wall Street, seulement trois mois après son introduction en Bourse.

    Une concentration d’entrepreneurs, d’argent et d’expériences

    Un autre coup dur a été la disparition de Steve Jobs, une des figures de la Silicon Valley. Mort d'un cancer il y a deux ans, le fondateur d’Apple représentait cet esprit de visionnaire, toujours à la pointe de l'innovation. Il y a trente ans, François Mitterrand l’avait d’ailleurs rencontré lors de la dernière visite d'un président français à San Francisco.

    Malgré tout cela, la Silicon Valley reste une véritable puissance économique. Si elle était un pays, elle serait dans les dix premiers pour son produit intérieur brut (PIB) par habitant. On y trouve sept universités et plus de 6 000 entreprises dans le secteur des nouvelles technologies. Au départ, elles se sont installées là dans les années 1970 à cause du silicium dans le sol, ou silicon en anglais, un des composants des microprocesseurs que l'on retrouve dans tous les ordinateurs.

    Aujourd'hui, elle attire en raison de sa concentration d'entrepreneurs, d'argent et d'expériences dans le domaine des start-up. Neil Rimer, le cofondateur de Index Ventures a investi dans ces jeunes entreprises, mais dès 1996, il a décidé de faire la même chose en Europe, car selon lui, il n'est pas nécessaire d'être dans la Silicon Valley pour innover dans les nouvelles technologies : « Il y a des endroits très intéressants pour nous en Europe, où il y des espèces de pôles d'innovation et d'entrepreneuriat, notamment le corridor Londres-Paris, Berlin, la Scandinavie, essentiellement Stockholm et puis Tel Aviv ».

    Accompagner les entreprises françaises

    François Hollande inaugure ce mercredi le « US French Tech Hub » de San Francisco, une sorte de pépinière d'entreprises qui accueillera des jeunes start-up innovantes pour les accompagner dans leur développement à l'international. Pour Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, leur installation est un signe fort : « Ça veut dire que dans le secteur on dispose de champions mondiaux, de nombreuses entreprises à très fort potentiel. Il faut absolument les accompagner dans la durée, car nous avons en face de nous les géants américains ». La rencontre entre François Hollande et ces géants est l’occasion de tisser des liens, mais aussi de discuter fiscalité. Google est soupçonné d'évasion fiscale en France.

      Les entrepreneurs français attendent François Hollande de pied ferme

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    François Hollande va profiter de sa visite pour rencontrer des chefs d’entreprises qui ont choisi de s'éloigner de Paris pour progresser. Les entrepreneurs français attendent le président français avec des messages bien précis à faire passer. La dernière visite d’un président français dans la Silicon Valley remonte à 1984, mais à l’époque de François Mitterrand, il n'y avait pas de téléphone portable, ni d’internet. C’est dire si le paysage a changé en 30 ans !

    François Hollande vient apporter un message de soutien aux entrepreneurs français qui ont choisi de s’installer au cœur de l’Amérique de l’innovation. La France veut encourager ses talents et rendre hommage à ses cerveaux et leur demander de ne pas oublier leur pays d’origine.

    Cette rencontre ne sera peut-être pas de tout repos pour François Hollande. Les entrepreneurs français de Californie font savoir qu’ils ne comprennent plus très bien la France, trop engoncée, pensent-ils, dans des législations qui ne permettent pas vraiment d’entreprendre. Le rachat de Dailymotion par Yahoo, bloqué par Arnaud Montebourg est un exemple souvent cité. Cette affaire est pour certains, l’illustration que la France n’est pas encore entrée dans le XXIe siècle. Le ministre du Redressement productif fait partie de la délégation qui accompagne François Hollande. Les échanges promettent d’être francs et directs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.