GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Caracas: manifestation pour le papier et la liberté d'expression

    media Sur cette pancarte, on peut lire "La liberté d'expression est votre, donc défendez-la", le 11/02/14 à Caracas au Venezuela. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Des journalistes, des patrons de presse mais aussi du personnel d'imprimerie se sont rassemblés mardi 11 février plaza Venezuela à Caracas. La raison de leur mécontentement : la pénurie de papier qui sévit dans le pays depuis plusieurs semaines et qui empêche la parution des journaux.

    Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

    C'est directement la politique du gouvernement de Nicolas Maduro qui est visée, à savoir le contrôle du taux de change. En clair, les restrictions à la libre circulation des dollars dans le pays empêchent les journaux de pouvoir importer du papier et donc d'imprimer.

    Sur les pancartes des manifestants ont pouvait lire " Sans la presse, il n'y a pas de démocratie", le 11/02/14 REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Les manifestants ont été catégoriques : « Sans papier, il n'y a pas de journaux. Et sans journaux, il n'y a pas de démocratie ». Ils dénoncent donc une forme de censure économique et défendent la liberté de la presse. Au total, 12 journaux régionaux ont déjà du mettre un terme à leur édition et 15 sont actuellement très affectés.

    Les journaux nationaux aussi touchés

    Pour les grands quotidiens nationaux, les difficultés sont les mêmes. Ils ont été contraints de réduire le nombre de pages. Et surtout, les réserves propres de papier commencent à manquer. L'un des grands titres, El Nacional « pourrait continuer à paraître, jusqu'à la fin du mois d'avril ». Pas plus.

    Ainsi, exceptés certains rares journaux « officiels » qui soutiennent le gouvernement et qui sont soumis à d'autres règles d'importation, c'est bien tout le secteur de la presse qui est à terme menacé.

    Pas de réponse du gouvernement de Nicolas Maduro

    Pour le gouvernement, la presse est vecteur d'opposition. Ce mardi, les manifestants n'ont obtenu aucune réponse de la part du responsable du Commerce extérieur, en charge du contrôle des devises. Les autorités refusent pour l'instant le dialogue.

    Le président de l'Assemblée nationale et numéro 2 du parti au pouvoir Diosdado Cabello s'en était d'ailleurs pris aux patrons de presse lundi 10 février. « Des parasites » selon lui. Mais surtout, le président Nicolas Maduro a lancé un avertissement à l'encontre des médias : « leur heure va bientôt arriver ». Car selon le mandataire vénézuélien, ils alimenteraient « le sang et la mort ». 

    La presse n'était pas seule à manifester

    On peut parler d'un nouveau test pour le président de la République. Lors de cette manifestation, plusieurs drapeaux du parti politique d'Henrique Capriles, le leader de l'opposition, ont flotté dans les airs ce mardi aux côtés des journalistes. L'opposition politique qui a d'ailleurs convoqué une nouvelle manifestation ce mercredi, cette fois-ci dans plusieurs villes du pays.

    Mais c'est surtout la révolte des étudiants qui peut augmenter la pression face au gouvernement. Plusieurs centaines manifestent depuis une semaine dans l'Etat de Tachira, dans l'Ouest du pays. Ils protestent contre l'insécurité depuis quelques jours. Mais après l'arrestation de cinq étudiants le week-end dernier, la tension semble monter d'un cran. Ils ont promis de manifester en masse ce mercredi. Leur première revendication : « la libération immédiate de leurs camarades, sans quoi le dialogue n'aura pas lieu ».

    Les manifestants protestent contre des emplois menacés, le 11/02/14, à Caracas au Venezuela. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.