GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: manifestations contre l'insécurité

    media Une personne blessée lors de la manifestation du 12 février 2014 à Caracas REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Après la mort de trois personnes tuées par balles le 12 février lors de manifestations étudiantes contre l'insécurité au Venezuela, le président de la République Nicolas Maduro avait été ferme. Il refuse les cortèges étudiants, ce au nom de la paix dans le pays. Plusieurs centaines d'entre eux ont bravé l'interdiction jeudi à Caracas. Ils se sont tout de même mobilisés, à divers endroits de la capitale, jusqu'à une concentration à Chacao, un des poumons commerciaux de Caracas.
     

    Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

    Sur l'avenue Francisco de Miranda, le passage à toute vitesse de motos provoquent des vagues de panique. Autour des manifestants, les grilles des magasins se ferment les unes après les autres. De peur que tout bascule. Peu importe, « il faut manifester même sans autorisation » : c'est ce que crie Manuel Perez, étudiant en Histoire. Ce jeudi soir, il est venu rendre hommage aux victimes :

    « Ils ont été assassinés parce qu'ils étudiaient, parce qu'ils avaient des idées différentes.Cela me fait mal de voir que des gens sont capables de lever leurs propres armes et de nous viser avec. Nous, qui sommes le futur de ce pays. Nous sommes dans la rue parce que ces étudiants morts, ça aurait pu être moi, ça aurait pu être elle, ça aurait pu être n'importe lequel d'entre nous ».

    En réponse notamment à la protestation étudiante, Nicolas Maduro a annoncé un plan de « pacification nationale ». Une « farce », selon Rafael Jimenez, étudiant en architecture. Pour lui, le gouvernement ne tolère aucune contestation :

    « La pacification qu'ils veulent, c'est un silence total de l'opposition et une soumission au gouvernement. Ce qu'ils cherchent à faire, à travers une terreur, c'est que les gens ne sortent plus de chez eux. C'est la menace d'être réprimé si tu n'es pas d'accord avec ce gouvernement. Et si tu es opposant politique, la menace que tu sois probablement poursuivi et incarcéré ».
    D'autres manifestations de soutien aux victimes devraient avoir lieu ce vendredi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.