GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Troisième journée consécutive de manifestations à Caracas

    media La police utilise des canons à eau pour disperser des manifestants, le 14 février à Caracas. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Au Venezuela, c'est la troisième journée consécutive de manifestations à Caracas, la capitale du pays. Tout d'abord, les étudiants ont dénoncé l'insécurité qui ronge le pays ; depuis la mort de trois personnes ce mercredi à Caracas lors des mobilisations étudiantes, ils mettent désormais directement en cause le gouvernement de Nicolas Maduro.

    Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzales

    Ce vendredi 14 février, les étudiants ont donc manifesté une nouvelle fois sans l'autorisation des autorités. Avec un objectif : obtenir de l'Organisation des Etats américains le soutien des gouvernements des autres Etats d'Amérique. Une protestation qui a fini par être dispersée par la Garde nationale bolivarienne à coups d'eau et de gaz lacrymogènes. Des coups de feu ont également été entendus dans la soirée bien après les manifestations au cœur de la capitale ; deux manifestants ont été blessés.

    « La police a été suffisamment patiente » : malgré cet avertissement de Nicolas Maduro, la mobilisation étudiante n'a pas faibli. La preuve, certaines universités ont décidé de suspendre les cours jusqu'à lundi au moins.

    « Mon combat est dans la rue »

    Priorité à la manifestation pour Cristina Barrera, étudiante de l'Université centrale du Venezuela : « C'est ton pays ou tes études. Soit tu vas en classe et tu continues d'étudier ; ou, soit tu manifestes dans la rue pour tes études, c'est à dire ton futur. Moi j'ai été clair avec mes professeurs : ne m'attendez pas parce que mon combat est dans la rue. Ici les gens ont poussé les étudiants à manifester, maintenant ils doivent assumer : c'est une lutte civile de tout le peuple et pas uniquement des étudiants ».

    Face à l'ambassadeur de l'Organisation des Etats américains, les manifestants sont venus chercher un premier soutien. Mais Pour Rafael Marquez, en deuxième année de droit, il faut aller encore plus loin. C'est toute la communauté internationale qui doit réagir : « Nous n'avons aucun moyen de communication. Jeudi soir, ils ont coupé le signal de la chaîne colombienne NT24, ils ont coupé le signal de Twitter. La communauté internationale doit savoir ce qui se passe ici. Nous avons besoin d'un soutien à l'extérieur, que les autres pays voient que les droits de l'homme ne sont pas garantis au Venezuela ».

    Face à ces protestations, Nicolas Maduro a convoqué une marche ce samedi, « pour la paix » qui devrait s'apparenter à une manifestation de soutien du gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.