GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: des milliers de partisans manifestent pour soutenir Maduro

    media Des milliers de sympathisants du pouvoir ont manifesté, à l'appel du président Maduro, à Caracas, le 15 février 2014. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Au Venezuela, les sympathisants du pouvoir ont manifesté le 15 février à l'appel du président, Nicolas Maduro, en réponse à la mobilisation des étudiants, hostiles au gouvernement, depuis plusieurs jours. Plusieurs milliers de personnes se sont regroupés, sur l'avenue Bolivar, à Caracas, pour la paix, comme le voulait le chef de l'Etat. Mais aussi en mémoire du militant pro-gouvernement, tué mercredi dans une autre manifestation.

     

    Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

    Opération de communication réussie. Des ateliers, peintures, des terrains de baskets improvisés. Nicolas Maduro avait été clair : il faut célébrer la paix, comme une fête. Tout sourire, Irislis Suarez attend le discours du Président, en dansant la rumba. De la joie, mais pas de traces de deuil :

    « Nous, les révolutionnaires, nous disons que le deuil se vit pour soi. Tous ceux qui meurent pour faire vivre le processus révolutionnaire, pour nous, ils restent vivants, et c'est ça qui nous encourage à continuer de combattre. Même si un de nos camarades, un de nos compatriotes, meurt dans la lutte, nous avons un devoir fondamental : continuer d'avancer ».

    Pendant que sa sœur manifeste avec l'opposition, à l'est de la capitale, Ninoska Fernandez est venue soutenir le chef de l'Etat. Elle étudie à l'université centrale du Venezuela, et pour elle, c'est tout le système éducatif qui instrumentalise la contestation étudiante :

    « Ici, il y a la paix, ici, nous sommes tranquilles. Regarde, il n'y a pas de tireurs embusqués, pas de bagarre, pas de haine. Il y a un vrai travail idéologique dont se chargent les professeurs et directeurs d'universités. Ils empoisonnent l'esprit des étudiants. Tous les jours, ils nous bombardent d'attaques contre cette révolution ».

    Nicolas Maduro a promis « qu'il ne faiblira pas ». Et surtout, il a appelé « le peuple vénézuélien à sortir dans la rue pour garantir la paix ».

    Autre mouvement, celui des étudiants qui continuent à se mobiliser. Pour le 4e jour de suite, eux, contre le pouvoir. Ils ont réalisé une chaîne humaine, pour rendre hommage aux trois manifestants morts mercredi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.