GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La majorité des députés LREM a voté pour, mais 52 d'entre eux se sont abstenus et surtout 9 ont voté contre le texte. L'ensemble de la gauche s'est prononcée contre. LR et UDI-Indépendants se sont en majorité opposés au texte.

    Amériques

    Le Venezuela expulse trois diplomates américains

    media Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'une réunion avec le haut commandement militaire et des ministres. Caracas, le 13 février 2014. REUTERS/Miraflores Palace/ Handout via Reuters

    Le Venezuela a décidé d'expulser trois agents consulaires américains, sur ordre du président Nicolas Maduro. Ils sont accusés de « conspiration », accusés d'avoir rencontré des étudiants protestataires alors que le pays connait depuis deux semaines, des manifestations étudiantes importantes. Caracas accuse les États-Unis d'essayer de «soutenir et légitimer des tentatives de déstabilisation de la démocratie vénézuélienne». Au mois de septembre, pour les mêmes motifs, le Venezuela avait déjà expulsé trois diplomates américains.

     

    Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

    Dès ce lundi, trois fonctionnaires américains seront déclarés persona non grata, et devront donc quitter le pays. Ils sont accusés, selon le mandataire vénézuélien, «d'offrir des visas américains à des étudiants d'universités privées de Caracas». En clair : ces fonctionnaires seraient coupables de conspiration.

    Une initiative du Président pour détourner l'attention face à la révolte des étudiants qui montent dans les grandes villes du pays. Mais surtout, Nicolas Maduro a voulu envoyer un message clair aux Etats-Unis : « Le Venezuela ne reçoit d'ordres de personne », c'est ce qu'a affirmé le chef de l’Eat.

    C'est donc une réponse directe à John Kerry qui s'est dit, le 15 février « profondément préoccupé par les tensions au Venezuela ». Le secrétaire d'Etat américain qui a demandé « la libération des étudiants détenus » lors de précédentes manifestations.

    Il faut dire que Nicolas Maduro n'en est pas à son premier coup d'essai. En septembre dernier, il avait déjà ordonné l'expulsion de trois diplomates de l'ambassade des Etats-Unis à Caracas, pour sabotage électrique et économique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.