GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: samedi à haut risque à Caracas

    media Une barricade dans Caracas, le 21 février 2014. REUTERS/Carlos Eduardo

    Au Venezuela, la capitale, Caracas, va connaître, pour la seconde fois en une semaine, une double mobilisation, ce samedi 22 février. L’opposition a convoqué une manifestation pacifique pour dénoncer notamment les intimidations des groupes armés non identifiés, alors que les autorités ont lancé un appel pour une marche de soutien des « femmes chavistes ». Le bilan, après quinze jours de manifestations des étudiants et de l’opposition est de 9 morts, près de 140 blessés et plusieurs centaines d’arrestations dans l’ensemble du pays.

    Libération des étudiants et des opposants toujours en détention, désarmement des milices et autres groupes liés aux autorités, des mesures également pour mettre un terme à la violence endémique, d'autres pour endiguer une inflation galopante : voilà ce que réclament depuis maintenant deux semaines les milliers de Vénézuéliens qui arpentent, presque quotidiennement, les rues du pays.

    C'est la plus importante vague de contestation qu’ait connue le président vénézuélien Nicolas Maduro depuis son arrivée au pouvoir en avril 2013. Mais malgré la mobilisation, malgré les réactions à l'étranger, malgré les critiques émises par différentes organisations dont la CIDH, la Cour interaméricaine des droits de l'homme, le pouvoir chaviste ne semble pas prêt à lâcher du lest.

    Risque de violences

    Ce samedi, la MUD, la coalition de l'opposition emmenée par l'ancien candidat à l'élection présidentielle Henrique Capriles, appelle une nouvelle fois à manifester. Un rassemblement prévu en même temps que celui convoqué par les autorités dans le centre de la capitale. Des violences sont donc à craindre. Et ce, alors que la presse nationale et internationale, très critiquée par le pouvoir, a de plus en plus en de mal à travailler et donc à informer sur les événements en cours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.