GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Washington demande à ses citoyens de ne plus se rendre en Bolivie
    • Bolivie: le bilan des violences post-électorales revu à sept morts (parquet général)
    Economie

    Evasion fiscale: Credit Suisse rejette la faute sur certains employés

    media Le patron du Credit Suisse, Brady Dougan, devant le Sénat américain. Washington, le 26 février 2014. REUTERS/Gary Cameron

    C’était une audition très attendue ce mercredi 26 février, celle du PDG de Crédit Suisse, Brady Dougan, devant les sénateurs américains. Sa banque est accusée d’avoir aidé des milliers d’Américains à échapper au fisc des Etats-Unis. Dans un document que la banque a remis aujourd’hui aux sénateurs, Credit Suisse reconnaît qu’un petit groupe de banquiers privés et basés en Suisse a eu un mauvais comportement mais la hiérarchie indique qu’elle n’était pas au courant de ces agissements. Reste qu’après deux ans d’investigations, la commission d’enquête du Sénat a publié un rapport d’enquête cinglant sur cette évasion fiscale. 

    Le rapport de 180 pages charge lourdement l’établissement bancaire suisse, l'accusant de pratiques systématiques d’évasion fiscale. Entre 2001 et 2008, 19 000 clients américains possédant un compte au Credit Suisse détenaient environ 5 milliards de dollars non déclarés au fisc.

    L’enquête du Sénat dénonce également les méthodes secrètes de la banque pour recruter des clients. Cette dernière envoyait régulièrement des agents aux Etats-Unis, notamment lors d’événements sportifs et culturels sponsorisés par Credit Suisse, pour y trouver des clients.

    Le rapport parle également de la création d’un bureau à New York qui servait de base pour convaincre de riches Américains d’ouvrir un compte en Suisse. Les sénateurs relèvent que des compagnies tierces engagées par la banque fournissaient à certains clients des cartes de crédit pour qu'ils puissent utiliser secrètement les fonds.

    Par ailleurs, l’établissement suisse a mis en relation ses clients avec des intermédiaires capables de créer des entités offshore pour cacher l’origine des fonds. Preuve flagrante de la culpabilité de la banque : après l’éclatement du scandale, fin 2013, le nombre de comptes suisses appartenant à des clients américains a baissé de 85%.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.